width=

Traversée à pied d’une zone de crue à Bunj Town, Maban, Soudan du Sud. Photo d’archives, octobre 2019. © HCR/Elisabeth Stuart

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, lance aujourd’hui une mise en garde concernant l’impact potentiellement dévastateur de la pandémie de coronavirus au Soudan du Sud. Des années de conflit et plusieurs catastrophes naturelles survenues récemment ont généré de nombreux déplacés internes et réfugiés. Par ailleurs, les communautés d’accueil à travers tout le pays peinent à répondre à leurs besoins fondamentaux et sont aujourd’hui particulièrement vulnérables à la menace posée par le coronavirus.

« Des années de conflit ont décimé les services de santé au Soudan du Sud », a déclaré Raouf Mazou, Haut Commissaire assistant du HCR chargé des opérations. « Après les effroyables inondations de l’année dernière et la récente invasion de sauterelles, les habitants ont du mal à survivre. Conjointement avec la menace de coronavirus, cette combinaison mortifère pourrait entraîner des conséquences potentiellement catastrophiques pour des millions de personnes vivant dans une situation déjà précaire si le virus se propage rapidement. »

A ce jour, 35 cas de coronavirus ont déjà été confirmés au Soudan du Sud. Parmi 1,7 million de personnes déplacées internes dans ce pays, beaucoup vivent dans des sites collectifs surpeuplés où les conditions sanitaires sont mauvaises et où l’accès aux établissements de santé est limité ou inexistant.

De nombreux dispensaires dans le pays ont été endommagés ou détruits pendant des années de combat. Ceux qui restent manquent de médicaments, de professionnels de santé qualifiés et de matériel médical.

Le HCR et ses partenaires continuent de travailler en étroite collaboration avec les autorités sud-soudanaises pour veiller à ce que les populations déplacées soient incluses dans le plan national de préparation et de lutte contre le coronavirus. Nous avons construit cinq centres de traitement d’urgence pour appuyer cet effort, et cinq autres le seront d’ici quelques semaines. Des efforts de prévention, de sensibilisation et de contrôle du coronavirus sont mis en œuvre dans tous les camps. Les réfugiés et les déplacés internes ont reçu des rations supplémentaires de savon et davantage de seaux pour aider à maintenir le niveau d’hygiène. Des campagnes de sensibilisation à la prévention et au traitement du coronavirus sont en cours.

Toutefois, des affrontements intercommunautaires en cours, ainsi que les mesures visant à limiter la propagation du coronavirus, dont les restrictions à la circulation et aux marchandises, créent des défis importants pour les organisations humanitaires concernant leurs prestations vitales de protection et d’aide auprès des populations affectées.

Le conflit cause à de nombreux habitants de grandes difficultés pour survivre. En effet, la majeure partie de la population rurale du pays dépend du bétail et des fermes – le bétail est souvent tué et les bâtiments endommagés durant les combats – comme principale source de revenus. Cette situation aggrave les niveaux de pauvreté déjà extrême, de nombreuses personnes n’ayant pas accès à des dispositifs de sécurité sociale, et ce alors que l’impact économique du coronavirus est toujours en hausse.

Le HCR se fait l’écho de l’appel du Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, en faveur d’un cessez-le-feu mondial. Les belligérants au Soudan du Sud doivent cesser immédiatement les hostilités, immédiatement, dans ces circonstances sans précédent, plus que jamais, pour assurer que toutes les populations puissent accéder à une aide vitale. Les progrès notables réalisés à la suite de l’Accord de paix de 2018 ne doivent pas ralentir. La dynamique doit se poursuivre avec le même élan pour mettre en œuvre l’accord à ce moment clé dans l’histoire de cette nation.

Un soutien supplémentaire au HCR et d’autres organisations humanitaires de la part de la communauté internationale est nécessaire d’urgence. Un sous-financement important continue de nuire à nos efforts pour sauver des vies. Toutefois, le soutien à la prévention et la lutte contre le coronavirus ne doit pas se faire au détriment des besoins humanitaires pré-existants.

Note à l’intention des rédacteurs :

Des séquences vidéo sont disponibles en téléchargement depuis la plateforme de contenu du HCR Refugees Media.

Le HCR a lancé un appel de fonds d’urgence de 255 millions de dollars pour aider les populations déracinées à travers le monde dans les efforts de prévention et de lutte contre le coronavirus. Parallèlement, le HCR a reçu 11% des 179 millions de dollars nécessaires dans le cadre de notre appel de fonds pour répondre aux besoins humanitaires pré-existants des populations à l’intérieur du Soudan du Sud.

Le Soudan du Sud compte actuellement quelque 1,7 million de déplacées internes, et accueille près de 300 000 réfugiés qui ont rejoint ce pays notamment en provenance du Soudan, de la République démocratique du Congo, de la République centrafricaine et de l’Éthiopie. Près de 260 000 Sud-Soudanais sont également rentrés spontanément dans le pays après avoir précédemment fui en quête de sécurité dans les pays voisins.

 

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

Publie par le HCR, le 30 avril 2020

Pin It on Pinterest

X