Libye

La crise en Libye : Prêts à tout pour survivre

Photo : © HCR/Hereward Holland

 Aidez ces familles à bénéficier d’une aide humanitaire vitale et à trouver des moyens plus sûrs de reconstruire leur vie.

Abris

pour fournir un abri d’urgence comme des bâches, des tentes et des structures temporaires

Articles essentiels

comme des matelas, des couvertures et du matériel pour la cuisine

Aide financière

pour aider les familles à couvrir leurs dépenses essentielles de base

Que se passe-t-il en Libye?

En Afrique, la Libye reste le principal pays de départ vers l’Europe pour les migrants en quête de sécurité et d’opportunités. Des centaines de milliers de réfugiés et de demandeurs d’asile, y compris de jeunes enfants, se rendent en Libye pour mettre le cap vers l’Europe, où ils cherchent la sécurité et un nouvel endroit où s’établir après avoir fui la violence, les persécutions et les conflits qui ravagent leur pays. Ceux qui choisissent de faire la dangereuse traversée en mer Méditerranée s’exposent à la noyade, au refoulement lorsqu’ils atteignent un port, ou bien sont interceptés en mer et renvoyés en Libye pour y être placés dans des centres de détention. Le HCR a besoin de votre soutien pour faire face à la crise humanitaire immédiate en Libye et trouver des voies légales et sûres pour la réinstallation des réfugiés et des plus de 343 000 personnes déplacées en Libye.

Suite à l’escalade du conflit, les réfugiés font actuellement face à des conditions extrêmement dangereuses en Libye.

Existe-t-il des itinéraires leur permettant de se mettre en sécurité?

Ceux qui choisissent de faire la dangereuse traversée en Méditerranée s’exposent à la noyade en mer et à la traite d’êtres humains. Beaucoup sont refoulés lorsqu’ils arrivent dans un port, et d’autres sont renvoyés en Libye où ils seront placés dans des centres de détention inhumains et seront exposés à la famine, aux abus sexuels et à la torture.

Bien que le HCR et d’autres organisations aient renforcé leur présence et leur assistance pour venir en aide à davantage de personnes ayant besoin d’une protection internationale pendant leur exode, les risques et les abus sur leur trajet n’ont fait qu’augmenter. Selon le témoignage des personnes arrivant en Europe en provenance de Libye interrogées par le HCR, leur mauvais état de santé est étroitement lié aux longues périodes de captivité qu’elles ont passées entre les mains des trafiquants et des passeurs. Certains ont déclaré avoir été détenus par des groupes armés pendant un an ou plus, généralement en échange d’une rançon ou du travail forcé.

Comment pouvez-vous nous aider?

Le HCR est presque entièrement financé par les dons venant des particuliers, des entreprises et des gouvernements. Lorsque vous soutenez les projets du HCR, comme ceux menés en Libye, vous contribuez à fournir une aide d’urgence directe aux réfugiés et aux personnes déplacées qui en ont désespérément besoin dans cette partie du monde.

Nous sommes présents sur le terrain et fournissons une aide humanitaire immédiate à ceux qui arrivent, partent ou vivent en Libye. Cette aide comprend notamment la fourniture d’articles de première nécessité, d’un abri et d’une allocation financière mais aussi l’évacuation des réfugiés les plus vulnérables de Libye.

Qu’est-ce qu’un Centre de rassemblement et de départ?

En décembre 2018, le Centre de rassemblement et de départ (CRD) pour les réfugiés et demandeurs d’asile vulnérables a ouvert ses portes à Tripoli. Le CRD est le premier centre de ce genre dans le pays. Son but est d’offrir un environnement sûr aux réfugiés et demandeurs d’asile vulnérables dans l’attente que des solutions soient trouvées pour eux, comme la réinstallation, le regroupement familial, le retour dans un pays où ils ont été précédemment admis, ou l’évacuation vers des centres d’urgence. Géré par le HCR, LibAid et le ministère de l’Intérieur, ce centre représente l’une des nombreuses mesures offrant des alternatives viables à la détention.

Où puis-je voir les données et les rapports les plus récents?

Consultez nos Opérations en Libye (en anglais) pour être informé du travail en cours du HCR visant à protéger les personnes déplacées en Libye.

Saviez-vous qu’en moyenne, et malgré une diminution globale du nombre d’arrivées, une personne sur les six arrivées en Europe en provenance de Libye est décédée depuis le début de l’année.

Case study image

Préparation de l’évacuation vers le Rwanda.

Delmar, un réfugié somalien de 20 ans, et sa femme sont prêts à quitter le Centre de rassemblement et de départ de Tripoli avec leur nouveau-né Naseem, pour prendre un nouveau départ.

Delmar a fui la Somalie en 2015 après avoir vu son père et son frère aîné se faire assassiner par Al Shabab. Pour rejoindre la Libye, il a traversé le Yémen déchiré par la guerre, puis le Soudan, et à son arrivée, il a été kidnappé et détenu dans un entrepôt à Bani Walid. Ses ravisseurs ont exigé de l’argent et ont menacé de le torturer, de le battre et de le laisser mourir de faim.

Avec l’aide de ses amis et de sa famille restés au pays, il a réussi à rassembler de l’argent pour racheter sa liberté. Pendant cette période, il a rencontré sa femme et a également pu la faire libérer des mains des trafiquants. Puis, ils ont pris la décision de traverser la Méditerranée pour rejoindre l’Europe, mais leur bateau a été intercepté. Ils ont ensuite passé des mois dans un centre de détention géré par les autorités libyennes jusqu’à ce que le HCR plaide en faveur de leur libération.

Photo : © HCR/Mohamed Alalem

Préparation de l’évacuation vers le Rwanda.

Delmar, un réfugié somalien de 20 ans, et sa femme sont prêts à quitter le Centre de rassemblement et de départ de Tripoli avec leur nouveau-né Naseem, pour prendre un nouveau départ.

Delmar a fui la Somalie en 2015 après avoir vu son père et son frère aîné se faire assassiner par Al Shabab. Pour rejoindre la Libye, il a traversé le Yémen déchiré par la guerre, puis le Soudan, et à son arrivée, il a été kidnappé et détenu dans un entrepôt à Bani Walid. Ses ravisseurs ont exigé de l’argent et ont menacé de le torturer, de le battre et de le laisser mourir de faim.

Avec l’aide de ses amis et de sa famille restés au pays, il a réussi à rassembler de l’argent pour racheter sa liberté. Pendant cette période, il a rencontré sa femme et a également pu la faire libérer des mains des trafiquants. Puis, ils ont pris la décision de traverser la Méditerranée pour rejoindre l’Europe, mais leur bateau a été intercepté. Ils ont ensuite passé des mois dans un centre de détention géré par les autorités libyennes jusqu’à ce que le HCR plaide en faveur de leur libération.

Photo : © HCR/Mohamed Alalem

Faites un don dès aujourd’hui
Merci d’aider les familles réfugiées et déplacées en Libye.

Pin It on Pinterest

X