La Crise des Réfugiés Rohingya

Hajira et Sadeka, âgée de trois mois, ont fui les violences horribles qui sévissaient au Myanmar.

Comme beaucoup d’autres familles rohingya, elles ont traversé la frontière avec le Bangladesh et vivent désormais dans un des camps de réfugiés tentaculaires et surpeuplés près de Cox’s Bazar.

Photo : © HCR/Roger Arnold

Les familles, comme celle de Hajira, ont traversé beaucoup d’épreuves.
Aidez-les à survivre à la situation et à reconstruire leur vie.

Abris

pour une protection supplémentaire contre les moussons

Eau potable

pour protéger les familles contre les maladies d’origine hydrique

Articles essentiels

comme des matelas, des couvertures et du matériel pour la cuisine

Qu’arrive-t-il aux réfugiés rohingyas?

Plus d’un million de Rohingyas ont été forcés d’abandonner leur foyer à cause de la violence et des persécutions commises contre eux au Myanmar. En 2017, lorsque les Rohingyas ont été pris pour cible au Myanmar et que des villages entiers ont été incendiés, ils ont pris la fuite à un rythme sans précédent.

Au plus fort de la crise, des milliers de personnes franchissaient chaque jour la frontière avec le Bangladesh. Pour se mettre à l’abri, la plupart ont marché pendant des jours en traversant la jungle ou des zones montagneuses et bravé tous les dangers à bord d’embarcations périlleuses dans le golfe du Bengale. La plupart du temps, ils arrivent épuisés, affamés et malades et ont besoin d’une protection et d’une aide humanitaire de toute urgence.

Qui sont les Rohingyas?

Les Rohingya sont une minorité musulmane apatride du Myanmar. Lors de vagues successives de déplacement, plus d’un million de réfugiés Rohingyas ont échappé aux attaques ciblées contre eux depuis le début des années 1990. Le dernier exode en date a commencé le 25 août 2017, lorsque des actes de violence ont éclaté dans l’État de Rakhine au Myanmar et ont poussé plus de 742 000 personnes à se réfugier au Bangladesh. La grande majorité des personnes qui arrivent au Bangladesh sont des femmes et des enfants, et plus de 40 % ont moins de 12 ans. Beaucoup d’autres sont des personnes âgées, qui ont besoin d’une aide et d’une protection supplémentaires.

Où les familles rohingyas se réfugient-elles?

La plupart des familles rohingya se rendent au Bangladesh et se retrouvent dans les camps de réfugiés de Kutupalong et de Nayapara, dans le district de Cox’s Bazar. Mais les conditions de vie y sont difficiles et l’afflux considérable de personnes exerce une immense pression sur les structures et les services locaux.

Quelles sont les conditions de vie dans les camps de réfugiés rohingya?

Les camps sont rudimentaires, surpeuplés et très étendus. Comptant plus de 600 000 personnes vivant sur seulement 13 kilomètres carrés, Kutupalong est aujourd’hui le plus grand camp de ce type dans le monde. Les infrastructures et services locaux atteignent la limite de leurs capacités. Beaucoup de familles souffrent d’un manque de logements adéquats, d’eau potable ou d’installations sanitaires convenables.

Comment le HCR leur apporte-t-il son aide?

Avec l’appui de nos partenaires, nous apportons notre soutien au gouvernement du Bangladesh afin de répondre aux besoins humanitaires considérables.

Le HCR a pris la tête des interventions d’urgence sur le terrain et distribue des articles de première nécessité comme des tentes, des couvertures, des matelas et des lampes solaires. Afin d’améliorer l’assainissement et l’accès à l’eau potable, nous avons construit des milliers de latrines et de points d’eau pour les réfugiés, ce qui permet d’atténuer les risques sanitaires tels que la diarrhée aqueuse aiguë.

Les équipes du HCR gèrent également les activités de protection et travaillent d’arrache-pied dans tous les camps de réfugiés de Cox’s Bazar où elles fournissent des biens de première nécessité aux familles. Nous soutenons également des programmes en matière d’éducation et de santé. Par ailleurs, le HCR aide les réfugiés à renforcer leurs abris et à se préparer à la saison des moussons, qui se déroule entre mai et septembre et augmente les risques d’inondations et de glissements de terrain.

De même, nous continuons à identifier les nouveaux arrivants les plus vulnérables, tels que les enfants non accompagnés, les femmes enceintes ainsi que les personnes âgées et handicapées. Notre personnel chargé de la protection travaille à la mise en place d’espaces adaptés aux enfants et à la prévention des violences sexuelles et basées sur le genre.

Où puis-je voir les données et les rapports les plus récents?

Consultez nos Opération au Bangladesh (en anglais) pour être informé du travail mené actuellement par le HCR au Bangladesh.

Consultez notre Portail sur la situation au Myanmar  (en anglais) pour voir les dernières mises à jour sur la crise, qui comprennent les rapports de situation et les besoins de financement du HCR.

Saviez-vous que les camps abritant les réfugiés rohingyas nécessitent 16 millions de litres d’eau potable par jour?

Tasmin et Monir ont réussi à échapper à la violence au Myanmar, mais sont désormais confrontés à une autre menace : les moussons.

Tandis que commence la saison des pluies et que les eaux montent, leur abri situé dans le camp de réfugiés de Kutupalong risque de subir les inondations soudaines et les glissements de terrain.

Heureusement, le HCR les aide à construire un nouvel abri plus solide pour qu’ils se protègent des pluies torrentielles.

Photo : © HCR/Roger Arnold

Faites un don dès aujourd’hui
Merci d’aider les réfugiés rohingyas dans le besoin.

Pin It on Pinterest

X