Home » Insécurité au Burkina Faso : Le HCR tire la sonnette d’alarmeNews »

Insécurité au Burkina Faso : Le HCR tire la sonnette d’alarme

Des réfugiées maliennes hébergées au camp de Goudoubo ramènent chez elles des trousses d’hygiène, reçues dans un point de distribution du camp. © HCR/Sylvain Cherkaoui

Des attaques commises par des groupes armés forcent des réfugiés maliens à quitter un camp et à rentrer au Mali, tandis que la pandémie de coronavirus s’ajoute à l’insécurité au Sahel.

Par le personnel du HCR à Genève et à Bamako, Mali 

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, a exprimé aujourd’hui sa vive inquiétude face à l’insécurité croissante au Burkina Faso, où des centaines de milliers de personnes ont déjà été chassées de leurs foyers et doivent maintenant faire face à l’incertitude supplémentaire liée à la pandémie de Covid-19.

Selon la déclaration, ce jour, du porte-parole du HCR Babar Baloch aux journalistes, de récentes attaques commises par des groupes armés ont visé quelque 25 000 réfugiés maliens, qui vivaient dans des camps isolés près de la frontière entre le Burkina Faso et le Mali.

« La plupart de ces réfugiés ont aujourd’hui choisi de rentrer au Mali, bien qu’ils y soient également confrontés à l’insécurité. Ils ont toutefois jugé que c’était un moindre mal », a déclaré Babar Baloch lors d’un point de presse à Genève retransmis via Internet.

« L’arrivée de la pandémie de coronavirus a ajouté une nouvelle dose d’insécurité à cette situation », a-t-il ajouté.

Babar Baloch a rappelé que, toute la région du Sahel étant en proie à la violence, le Burkina Faso a connu un déplacement massif de plus de 838 000 personnes depuis janvier 2019 – un chiffre qui ne cesse d’augmenter de jour en jour.

« Une course contre la montre est engagée. »

Xavier Creach, le Coordinateur du HCR pour la région du Sahel, a averti que la situation au Burkina Faso devenait rapidement intenable avec des crises à plusieurs niveaux risquant de provoquer une catastrophe humanitaire.

« Les communautés locales ont fait preuve d’une remarquable générosité mais aujourd’hui, elles ne peuvent plus faire face. Les capacités nationales sont dépassées. L’approche de la période de soudure, associée au conflit armé et à la pandémie de coronavirus, va générer d’autres situations dramatiques et de nouveaux déplacements de populations. Une course contre la montre est engagée, il nous reste peu de temps », a-t-il déclaré.

L’insécurité s’est désormais propagée aux 13 régions du Burkina Faso. La semaine dernière, au moins 32 personnes ont été tuées lors d’une série d’attaques et des dizaines d’autres ont été blessées.

Le HCR a déclaré dans un communiqué qu’à la suite des attaques et d’ultimatums lancés par des groupes armés, le camp de réfugiés de Goudoubo, qui accueillait encore récemment 9000 réfugiés, est désormais vide et effectivement fermé.

Après la fermeture de l’école, du centre de santé et même du poste de sécurité du camp, environ la moitié des résidents, qui ont rejoint en début de semaine les régions de Gao, Mopti et Tombouctou dans le nord du Mali, ont cité l’insécurité et les attaques armées en tant que motif de leur départ.

« La plupart ont estimé qu’ils n’avaient pas d’autre choix que de rentrer au Mali », a ajouté Babar Baloch.

Beaucoup de ceux qui ont quitté le camp de Goudoubou ont déclaré être partis après avoir reçu des avertissements, de la part de groupes armés, sur de nouvelles attaques s’ils restaient.

« Je n’ai même pas eu le temps de récupérer mes documents d’identité, ni l’allocation d’aide au transport que le HCR fournissait aux personnes qui décidaient de rentrer », a déclaré au personnel du HCR une réfugiée de retour, après son arrivée à Gao.

« Certains ont réussi à rentrer en camion ou en bus. D’autres, comme ma famille et moi avons dû voyager à dos de chameau », a déclaré un chef de famille qui, comme d’autres éleveurs, a gardé son bétail tout au long de son périple d’une semaine. Mais ils ne savent pas encore la destination finale de ce voyage de retour.

Le chef du bureau auxiliaire du HCR à Gao, au nord du Mali, Isaac Tiantse Takamgno, était en pourparlers avec les autorités pour assurer la sécurité des réfugiés de retour dans les zones qu’ils avaient fuies à l’origine.

« Cette situation est sans précédent. Notre priorité est d’accompagner les rapatriés là où ils décident de rentrer et où ils se sentent en sécurité. Certains semblent toutefois hésiter à retourner spécifiquement dans leur région d’origine, d’où ils avaient fui vers le Burkina Faso », a-t-il expliqué.

D’autres réfugiés maliens ont rejoint des localités à l’intérieur du Burkina Faso. Quelque 2500 d’entre eux ont grossi les rangs de nombreux Burkinabés déplacés dans la ville de Dori, où tous sont confrontés à des conditions de vie difficiles. Ils ont désespérément besoin d’abris, d’eau et de services de santé. Des attaques menées en périphérie du camp ont également forcé les habitants du village de Goudoubo à fuir.

La violence au Burkina Faso avait également forcé le HCR à relocaliser son personnel depuis le camp de réfugiés de Mentao, près de la ville de Djibo, en novembre 2019. Depuis lors, l’accès à plus de 6000 réfugiés est sporadique et les conditions de vie s’y aggravent.

Cependant, la situation sécuritaire instable au Mali ne permet pas à beaucoup d’entre eux de retourner dans leur lieu d’origine. L’insécurité persiste et les autorités ont imposé un couvre-feu dans le cadre de la prévention contre la pandémie de coronavirus, ce qui alimente encore davantage les préoccupations en matière de sécurité et de santé parmi les groupes vulnérables.

Le HCR travaille avec les autorités et ses partenaires sur le terrain, en fournissant aux réfugiés qui rentrent chez eux des abris, des articles de secours et des allocations d’aide en espèces pour qu’ils puissent subvenir à leurs besoins initiaux. Le HCR prévoit également de fournir aux autorités les équipements sanitaires et d’hygiène nécessaires dans le cadre de la prévention et de la lutte contre le coronavirus.

Publie par le HCR, le 03 avril 2020