Une demandeuse d’asile afghane et ses deux enfants devant leur abri de fortune adjacent au centre d’accueil et d’identification de Moria, sur l’île grecque de Lesbos, en novembre 2019

Une demandeuse d’asile afghane et ses deux enfants devant leur abri de fortune adjacent au centre d’accueil et d’identification de Moria, sur l’île grecque de Lesbos, en novembre 2019. © HCR/Achilleas Zavallis

BRUXELLES – Alors que le monde continue à lutter contre le Covid-19, le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, demande à la présidence allemande de l’Union européenne (UE) de maintenir la question de la protection des réfugiés au premier rang de ses priorités. Le HCR met en avant des moyens concrets pour que l’UE puisse apporter une réponse solide et ambitieuse aux déplacements forcés de populations durant la pandémie et à plus long terme. Le projet de Pacte européen sur la migration et l’asile offre également à l’UE la possibilité de mieux protéger les personnes déracinées en Europe et à l’étranger, et de soutenir les pays d’accueil.

« Le virus ne connaît pas de frontières et touche tout le monde, mais certaines populations, notamment les personnes déracinées, sont exposées à un risque accru », a déclaré Gonzalo Vargas Llosa, Représentant du HCR auprès de l’UE. « Par son soutien politique et financier, l’UE peut aider à gérer la crise mondiale et à mieux protéger les réfugiés. »

Le virus ne peut être combattu que si tout le monde est protégé. Cela signifie également que les normes et les lois internationales doivent être respectées pendant la pandémie, et qu’il faut tirer les leçons des expériences passées pour que l’UE adopte une approche responsable à long terme en matière de migration et d’asile.

Le HCR appelle l’UE à continuer de préserver l’accès à l’asile, même en ces temps difficiles. Des procédures d’asile équitables et rapides permettant de déterminer rapidement qui a besoin d’une protection internationale et qui n’en a pas besoin, dans le respect des règles juridiques, couplées à un mécanisme de solidarité efficace avec les États membres de l’UE recevant un nombre disproportionné de demandes d’asile, permettraient de soutenir un système d’asile viable et durable. Le moment est venu de faire évoluer la réponse de l’UE en matière de débarquement et de relocalisation des personnes sauvées en mer vers un mécanisme plus fiable et prévisible. Le fait de sauver des vies et de protéger les personnes doit être au cœur de toutes les réponses.

Si le HCR est conscient des défis posés par la pandémie de COVID-19, certaines bonnes pratiques en vigueur dans l’UE montrent qu’il est possible de protéger la santé publique tout en garantissant l’accès au territoire et à l’asile, notamment par la mise en place de quarantaines et de contrôles sanitaires. Le HCR a recensé ces bonnes pratiques et les a publiées avec d’autres recommandations pratiques à l’intention des États. Il est plus important que jamais de renforcer les systèmes et procédures d’asile nationaux et de garantir l’accès à des solutions durables, notamment par la réinstallation.

« A une époque où, dans le monde et dans l’UE, nous sommes tous confrontés à l’incertitude et au changement, l’accès aux droits fondamentaux, y compris l’asile, doit rester une priorité », a indiqué Gonzalo Vargas Llosa. « Nous avons vu qu’il est possible de garantir une protection même en cas de pandémie, et les solutions positives que l’UE a déjà mises en place devraient orienter sa réponse à long terme aux déplacements forcés. »

Étant donné que 85% des réfugiés dans le monde se trouvent dans des pays en développement où les systèmes de santé sont déjà surchargés, un financement supplémentaire et souple (tant pour les programmes de développement que d’aide humanitaire) est également nécessaire pour soutenir les pays d’accueil et les personnes déracinées. L’aide au développement et la coopération sont essentielles pour que les réfugiés soient inclus dans les services nationaux (avec accès aux soins de santé, à l’éducation, etc.) et puissent bénéficier d’une protection sociale. Ceci est nécessaire pour limiter l’impact socio-économique du Covid-19 et pour que les réfugiés puissent non seulement survivre, mais aussi s’épanouir.

Le HCR est prêt à soutenir la présidence allemande, l’UE et les États membres pour renforcer la solidarité à l’égard des réfugiés et des pays qui les accueillent dans l’UE et dans le monde, durant la pandémie et au-delà. La crise de Covid-19 exige une réponse cohérente, efficace et mondiale qui prenne tout le monde en compte, y compris les réfugiés.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter les liens suivants (en anglais) :

Ou veuillez svp contacter :

Publie par le HCR, le 01 juillet 2020

Pin It on Pinterest

X