Peng-Sang Cau est photographiée dans le jardin de son beau-père à Oakville, Ontario, Canada, le mardi 21 juillet 2020

Peng-Sang Cau est photographiée dans le jardin de son beau-père à Oakville, Ontario, Canada, le mardi 21 juillet 2020. © HCR / Chris Young

Par Susan Pedwell

Bien que Peng-Sang Cau ne soit plus réfugiée depuis 40 ans, elle se définit encore comme telle.

« Être réfugié, cela fait toujours partie de vous, nous confie-t-elle. C’est un sentiment d’être déstabilisé, comme si on ne voulait pas de vous. On sent qu’on n’appartient jamais vraiment à notre communauté.

Et on peut dire qu’elle l’a fait, à pas de géant.

Peng est née au Cambodge, quelques années avant la prise du pouvoir par les Khmers rouges en 1975. Le génocide a commencé presque immédiatement et a entraîné la mort de deux millions de personnes.

Sa famille vivait à Phnom Penh, capitale du Cambodge, où les parents de Peng possédaient une entreprise de pièces de bicyclette prospère. Les 13 membres de la famille vivaient au-dessus du magasin et pouvaient se payer des services de luxe comme une nounou, une gouvernante et un chauffeur. Craignant la corruption du gouvernement, ses parents ont envoyé leurs deux fils les plus âgés dans une école privée de Taïwan.

Peng avait cinq ans lorsque l’armée des Khmers rouges a envahi les rues avec des chars d’assaut, en criant dans des mégaphones : « Tout le monde doit quitter sa maison pendant trois jours. Nous devons chercher nos ennemis partout. Partez maintenant. Maintenant! »

« C’est mon premier souvenir », affirme Peng, en ajoutant qu’ils ont été forcés de partir pendant des années, pas seulement trois jours.

Ils ont marché dans la forêt et se sont installés dans un camp où son père a construit une hutte pour sa femme et ses neuf enfants. Dans la cour de son beau-père, elle pointe un cabanon. « La hutte n’était pas plus grosse que ce cabanon », indique-t-elle au sujet de sa maison de fortune.

Ils mangeaient ce que la mère de Peng trouvait dans la forêt. Dans les soupes, sa mère remplaçait le poulet par du serpent. Si la soupe virait au noir, elle savait que le serpent était venimeux et ils devaient se passer de manger.

« Un jour, moi et mon jeune frère avons attrapé une grenouille. Nous avons essayé de la faire cuire, mais nous n’arrivions pas à faire du feu. Nous l’avons mangé quand même. Crue. »

Des années plus tard, une sœur plus âgée s’est souvenue avoir vu Peng et son jeune frère gisant au sol, l’estomac gonflé, trop faibles pour repousser les mouches. « Nous mourrions de faim », affirme Peng. Mais la famille a souffert d’une chose encore pire que la famine.

Pi, la sœur de Peng, a été enlevée à l’âge de 13 ans. « Enlevée, c’est un terme courant pour les habitants du Cambodge, nous explique Peng, en essuyant les larmes dans ses yeux. Elle a été enlevée, et nous ne l’avons jamais revue, nous n’avons plus jamais entendu parler d’elle. »

Il est trop douloureux pour Peng d’imaginer ce qui a pu arriver à sa sœur, mais les Khmers rouges enrôlaient de jeunes adolescents pour commettre des exécutions de masse dans ce qui a été appelé « les champs de la mort ».

Peng se souvient avoir traversé ces champs pendant que sa famille tentait de s’échapper. « C’était sombre et les balles sifflaient, dit-elle, la voix brisée par l’émotion. Il y avait des morts partout, ma sœur plus vieille me tirait et criait : Cours, cours, cours! »

La famille a fini par arriver dans un camp de réfugiés en Thaïlande, où son plus jeune frère est né. En 1980, avec l’aide d’un cousin à Regina, la famille a obtenu le statut de réfugié et a immigré au Canada. Peng avait 10 ans.

Choisissant de s’intégrer à sa nouvelle communauté à Regina, Peng a rapidement appris l’anglais, dont les mots du Ô Canada, puis elle a obtenu un baccalauréat en commerce de l’Université Queen’s. En 1995, Peng et trois ingénieurs de Kingston, en Ontario, ont fondé Transformix dans son sous-sol.

À titre de présidente et directrice générale, Peng a obtenu le soutien financier de sa sœur Hung et de son frère Weng, qui ont lancé l’entreprise de développement immobilier Syndicau Development Inc. Ses frères Heng et Hee, propriétaires de Ngoy Hoa Asian Foods à Regina, l’ont également aidée.

Après des débuts tumultueux, Transformix a inventé CNCAssembly, une technologie révolutionnaire qui assemble des pièces, comme de petits dispositifs médicaux, à une vitesse incroyable. L’entreprise a alors commencé à vendre dans toute l’Amérique du Nord et ailleurs dans le monde. Ensuite, les entreprises ont commencé à frapper à la porte de Transformix.

L’entreprise a créé de nombreux emplois pour les Canadiens. « J’ai perdu le compte du nombre d’employés que nous avons eus, mais ils se comptent en centaines », affirme Peng. Et l’entreprise a versé des millions de dollars en impôt aux trésors provinciaux et fédéral.

Récemment, Peng a rejoint le Conseil consultatif d’UNHCR Canada, dont la mission est de promouvoir le travail d’UNHCR auprès des organisations, des chefs d’entreprise et des décideurs de la communauté des affaires. Son objectif est d’encourager les intervenants de ces secteurs à embaucher des réfugiés au Canada et à fournir des fonds pour aider les personnes déplacées dans le monde.

« Être réfugié, ça brise le cœur. Je veux faire ma part. »

Pour en savoir plus sur notre campagne #JétaisUnRéfugié (#IWasARefugee) et notre engagement #JeSuisUnAllié (#IAmAnAdvocate), veuillez cliquer ici.

Pin It on Pinterest

X