Un demandeur d’asile afghan aide son père à laver les mains de son jeune frère, dans le site d’urgence de Kara Tepe à Lesbos, en Grèce.

Un demandeur d’asile afghan aide son père à laver les mains de son jeune frère, dans le site d’urgence de Kara Tepe à Lesbos, en Grèce. © HCR/Achilleas Zavallis

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, appelle à des mesures urgentes pour améliorer les conditions dans les centres d’accueil des îles de la mer Égée, y compris dans le nouveau site d’urgence de Lesbos, et garantir des solutions plus humaines pour les demandeurs d’asile.

Suite aux incendies qui ont dévasté le centre de réception et d’identification de Moria à Lesbos et forcé quelque 12 000 hommes, femmes et enfants à vivre dans la rue, le gouvernement grec a rapidement mobilisé l’armée et les partenaires humanitaires pour mettre en place un centre d’urgence destiné à accueillir les personnes qui se sont retrouvées sans abri. Quelque 9400 demandeurs d’asile laissés sans abri par l’incendie se trouvent aujourd’hui dans ce site géré par le gouvernement, et qui a été mis en place en quelques jours.

Plusieurs centaines de personnes, parmi les plus vulnérables, ont été transférées dans des logements sûrs sur l’île ou relogées sur le continent.

Tous les partenaires impliqués dans l’aide aux réfugiés à Lesbos, y compris les organisations non gouvernementales nationales et locales, travaillent 24 heures sur 24 pour veiller à ce que tous les demandeurs d’asile et les réfugiés reçoivent une assistance immédiate, un abri et des articles de première nécessité.

Le HCR souligne toutefois la nécessité urgente de trouver des solutions adéquates pour les demandeurs d’asile, qui vivent dans des conditions inacceptables sur les îles de la mer Égée depuis bien trop longtemps.

« Les événements de Moria sont un rappel de la nécessité de remédier à la situation précaire de milliers de personnes dans les îles et d’accélérer leur transfert sûr et ordonné vers des logements plus appropriés sur le continent », a déclaré le représentant du HCR en Grèce, Philippe Leclerc.

« Ce qui est crucial, c’est une réponse de fond, allant au-delà des solutions à court terme. Cela signifie qu’il faut garantir des conditions d’accueil adéquates, l’accès à des procédures d’asile équitables et rapides, des possibilités d’intégration pour les personnes ayant obtenu l’asile et des retours rapides pour celles qui n’ont pas besoin de protection internationale. Si tous les éléments de la réponse ne sont pas traités de manière adéquate et rapide, nous connaîtrons d’autres situations similaire à celle de Moria. »

Le HCR se félicite des progrès réalisés en ce qui concerne les transferts en cours d’enfants non accompagnés depuis les îles de la mer Égée vers le continent, ainsi que de l’engagement des autorités grecques à transférer, dès que possible, les personnes ayant obtenu le statut de réfugié et les demandeurs d’asile qui sont déjà autorisés à quitter les îles.

Le HCR estime qu’il y a au moins 4000 personnes sur les îles, dont près de 2000 à Lesbos, qui peuvent être transférées immédiatement sur le continent. Leur transfert constituera une étape importante dans la décongestion des installations d’accueil sur les îles.

L’examen des demandes d’asile doit reprendre à Lesbos, avec toutes les garanties procédurales nécessaires, afin de faciliter le transfert rapide et ordonné des autres personnes de l’île également.

Pour soutenir les efforts de décongestion et accélérer les transferts, la capacité d’accueil sur le continent doit être renforcée. Le HCR appelle les autorités grecques à augmenter les places d’hébergement sur le continent, avec le soutien de la Commission européenne.

Le HCR appelle également les Etats européens à poursuivre leur soutien envers la Grèce en offrant des places de relocalisation pour les demandeurs d’asile et les personnes ayant obtenu le statut de réfugiés qui sont les plus vulnérables. De même, les politiques et les mesures visant à faciliter l’intégration et l’autonomie à long terme des réfugiés reconnus en Grèce sont une priorité.

À Lesbos, les autorités nationales, avec le soutien du HCR et d’autres acteurs humanitaires, s’efforcent d’améliorer les conditions de vie dans le nouveau site d’urgence, en remédiant aux lacunes en matière de soins de santé, d’eau, d’installations sanitaires et d’hygiène.

En date du 24 septembre, quelque 250 personnes avaient été testées positives au Covid-19, et le dépistage se poursuit pour tous les nouveaux arrivants sur le site. Selon les autorités sanitaires nationales, toutes ces personnes sont placées en quarantaine avec les membres de leur famille. Des soins médicaux durables et adéquats ainsi que l’accès à l’eau, aux installations sanitaires et à l’hygiène sont donc plus nécessaires que jamais.

Pour faire face à l’arrivée de conditions météorologiques moins favorables, le HCR prévoit de fournir des kits d’isolation et des palettes en bois aux familles qui vivent sous tente, à titre de mesure provisoire.

Le HCR se tient prêt à continuer à soutenir la Grèce dans cette situation complexe mais gérable.

Les appels du HCR font suite à la publication du Pacte de la Commission européenne sur l’immigration et l’asile, qui contient une série de propositions législatives sur l’approche de l’UE en matière de migration et d’asile. Le HCR, ainsi que l’OIM, ont appelé à une approche véritablement commune et fondée sur des principes en matière de politiques européennes de migration et d’asile. Avec un nombre relativement faible de nouveaux arrivants de réfugiés et de migrants en Europe, la situation est gérable. Le moment est venu pour les États membres de l’UE de passer d’une approche consistant à répondre aux crises au cas par cas à une approche plus exhaustive, mieux gérée et plus prévisible pour faire face aux mouvements de population mixtes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’UE.

 

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

Publié par le HCR, le 24 septembre 2020.

Pin It on Pinterest

X