News »

Le chef du HCR horrifié des souffrances endurées par les civils en Syrie

5aa2b9af4

Par Charlie Dunmore en Beyrouth, Liban

Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a estimé que les souffrances endurées par les civils dans la Ghouta orientale illustraient de manière accablante la tragédie humaine engendrée par le conflit qui fait rage depuis maintenant sept ans en Syrie.

« Les gens n’ont pas d’autre choix : soit ils quittent la Ghouta, sans savoir ce qui leur arrivera au-dehors ; soit ils restent et vivent sous les bombardements », a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse à Beyrouth, la capitale libanaise. « Quel être humain peut-il supporter pire situation ? C’est véritablement effroyable, et cela illustre à quel point ce conflit est devenu catastrophique pour les civils. »

Filippo Grandi a expliqué aux journalistes qu’un convoi de l’ONU et de la Croix-Rouge, qui avait été contraint lundi de quitter la Ghouta avant d’avoir pu terminer l’acheminement de l’aide, avait à nouveau pu entrer vendredi dans l’enclave assiégée et livrer le reste de l’approvisionnement.

Sept années de combats et d’insécurité ont profondément dévasté la population, l’économie et les infrastructures en Syrie. Des centaines de milliers de personnes ont perdu la vie et la moitié de la population que comptait le pays avant la guerre a dû fuir. Le conflit a généré 6,1 millions de déplacés internes en Syrie et forcé 5,5 millions de personnes à se réfugier dans les pays voisins dans la région.

Filippo Grandi a attribué la persistance de la violence en Syrie au manque de volonté politique de la part de ceux qui sont en position de mettre fin aux combats. « Parce qu’il faut de la volonté. Il faut que les pays qui ont le pouvoir de prendre cette décision se réunissent et disent : nous allons faire cesser cela. Or, depuis sept ans, nous n’avons rien vu de tel. »

Le Haut Commissaire s’exprimait à l’issue d’une visite de trois jours au Liban, qui accueille le plus grand nombre de réfugiés par habitant que tout autre pays au monde. Près d’un million de réfugiés sont enregistrés sur son territoire en raison du conflit chez son voisin et le nombre Syriens au Liban équivaut désormais à près d’un quart de la population du pays.

Filippo Grandi a salué les efforts déployés par la population et le Gouvernement libanais qui accueillent les Syriens en leur ouvrant leurs écoles, leurs hôpitaux et leurs services depuis de nombreuses années. Il a reconnu le poids qu’un tel effort faisait peser sur l’économie du pays et les communautés locales, et il a appelé les donateurs internationaux à soutenir encore davantage les réfugiés et leur pays d’accueil dans la région.

En l’absence d’une solution politique en Syrie, la violence et l’incertitude qui perdurent font qu’il est encore prématuré de s’attendre à ce que les réfugiés rentrent chez eux en nombre. « Les Syriens vous disent qu’ils veulent retourner un jour en Syrie mais, presque tous, estiment que ce n’est pas le moment », a-t-il expliqué. « Nous devons continuer à anticiper cet éventuel retour, et nous y travaillons en Syrie. »

Plus tôt dans la journée, le Haut Commissaire avait rencontré un jeune réfugié syrien dans une école spécialisée pour les enfants sourds, qui accueille tant des élèves libanais que syriens. Né quelques semaines après le début du conflit, Mohammad a perdu la main gauche en 2014, lorsque sa maison a été bombardée. Il est aujourd’hui réfugié avec sa famille à Beyrouth.

« Pour moi, ce petit garçon symbolise l’impact de ce conflit sur les plus vulnérables. C’est aussi ce que nous observons dans la Ghouta – mais pas seulement dans la Ghouta : les répercussions immédiates que subissent les civils, des civils qui sont directement pris pour cibles », a-t-il conclu.

Cette histoire a été initialement publiée sur unhcr.org.

Faites un don maintenant pour soutenir les réfugiés syriens forcés de fuir cette guerre longue et brutale.