L'exposition « Chacun compte » à l'Office des Nations Unies à Genève, en Suisse

L’exposition « Chacun compte » à l’Office des Nations Unies à Genève, en Suisse pour le Forum Mondial. © HCR/Mark Henley

Dernière journée d’un rassemblement sur les réfugiés visant à renforcer la réponse mondiale et à favoriser l’inclusion.

Par le personnel du HCR à Genève


Le premier Forum mondial sur les réfugiés intervient à la fin d’une décennie mouvementée au cours de laquelle le nombre de réfugiés dans le monde a doublé, dépassant largement 25 millions.


Du 16 au 18 décembre, la communauté internationale se réunit pour annoncer de nouvelles mesures ambitieuses visant à alléger les pressions sur les pays d’accueil, à renforcer l’autonomie des réfugiés et à trouver des solutions durables pour les personnes déracinées de leurs foyers par les guerres et les persécutions.

Des engagements concrets pour transformer la vie des réfugiés

Alors que le Forum touche à sa fin, il est temps de faire le point sur la façon dont les engagements pris au cours des trois derniers jours par les gouvernements, les organisations internationales, les entreprises et les autres parties prenantes bénéficieront à des millions de réfugiés dans le monde.

Au total, plus de 770 annonces de contributions ont été faites dans des domaines tels que les places d’école pour les enfants réfugiés, les opportunités d’emploi, les nouvelles politiques gouvernementales, l’accès à une énergie propre, les infrastructures et le soutien aux pays et aux communautés hôtes.

D’importants engagements financiers ont également été pris, dont quelque 2,2 milliards de dollars annoncés par le Groupe de la Banque mondiale, une annonce similaire de la Banque interaméricaine de développement de 1 milliard de dollars, et un large éventail d’États et d’autres parties prenantes ont promis un soutien financier aux réfugiés et à leurs communautés hôtes, pour un montant dépassant 2 milliards de dollars.

Le secteur privé a également proposé des engagements substantiels, avec plus de 250 millions de dollars promis par des groupes commerciaux et des initiatives lancées qui permettront de créer au moins 15 000 emplois pour les réfugiés. Il y aura également quelque 125 000 heures de conseils juridiques bénévoles par année.

« Le soutien de l’opinion publique en faveur de l’asile a faibli ces dernières années. Et dans de nombreux cas, les communautés qui accueillent des réfugiés se sont senties dépassées ou oubliées », a déclaré le Haut Commissaire des Nations Unies Filippo Grandi. « Mais les situations de réfugiés ne sont des « crises » que lorsque nous les laissons le devenir, en pensant à court terme, en ne planifiant pas de façon adéquate ou en ne travaillant pas ensemble dans tous les secteurs, et en négligeant les communautés qui les accueillent. Lors de ce Forum, nous avons assisté à une réorientation décisive vers une vision à long terme. »

Les réfugiées doivent être à l’avant-garde de l’action humanitaire

La Haut Commissaire adjointe Kelly Clements organise une table ronde pour les femmes dirigeantes, y compris les réfugiées

La Haut Commissaire adjointe Kelly Clements organise une table ronde pour les femmes dirigeantes, y compris les réfugiées. © HCR/Mark Henley

La Haut Commissaire adjointe Kelly Clements organise une table ronde pour les femmes dirigeantes, y compris les réfugiées.   © HCR/Mark Henley

Les femmes et les jeunes filles représentent environ la moitié de la population réfugiée mondiale, mais les barrières sociales, culturelles et juridiques, ainsi que l’expérience des conflits et des déplacements forcés, peuvent souvent entraver leurs possibilités d’autoreprésentation, de prise de décisions et de leadership.

Assurer une plus grande inclusion des femmes réfugiées dans la prise de décision a été le sujet à l’ordre du jour d’une table ronde spéciale organisée aujourd’hui dans le cadre du Forum mondial sur les réfugiés.

« Dans ma communauté, de nombreuses femmes sont considérées comme ayant des rôles dans la cuisine et non lors des réunions. Si elles assistent à des réunions, leur rôle est de s’occuper des enfants, de préparer la nourriture et de fournir du thé et de l’eau à tous les hommes présents », explique Apajok Biar, une défenseuse de l’égalité des sexes qui est née dans un camp de réfugiés au Kenya.

« C’est un défi pour les femmes réfugiées d’être entendues et valorisées et pour que nos compétences soient reconnues. Cela doit changer. »

Pour de nombreuses femmes réfugiées, l’expérience du déplacement forcé ne fait qu’aggraver les vulnérabilités, les risques et les inégalités auxquels elles sont déjà trop souvent confrontées.

Au sein des communautés déracinées, de nombreuses femmes réfugiées sont souvent exclues des processus de prise de décision et ne sont pas en mesure d’assumer des rôles de direction.

« Nous avons la responsabilité collective de veiller à ce que les femmes et les jeunes filles déplacées soient au premier plan de l’action humanitaire, de la consolidation de la paix et du développement », a déclaré le Haut Commissaire adjoint du HCR Kelly Clements, qui a accueilli la table ronde.

« C’est aujourd’hui l’occasion de s’engager à agir et de veiller à ce que les femmes aient une place à toutes les tables de décision sur les questions qui les concernent. Ils doivent être consultés et leurs voix doivent être entendues. »

Avec une quarantaine de déléguées venant d’horizons très divers – des réfugiées comme Apajok Biar aux fonctionnaires gouvernementaux et des Nations Unies, en passant par des philanthropes, des chefs d’entreprise et des universitaires – les discussions ont porté sur les moyens de mieux soutenir l’engagement des femmes dans les interventions humanitaires ainsi que les processus plus larges de paix et de développement.

Au cours de l’événement, les délégués ont pris un certain nombre d’engagements pour promouvoir l’inclusion et le leadership des femmes réfugiées, notamment par l’action humanitaire, la prévention et la réponse à la violence sexuelle et sexiste, l’engagement parlementaire, l’éducation et l’amélioration des compétences, ainsi qu’en améliorant les données et les paramètres.

Parmi les mesures de soutien, le Gouvernement allemand s’est engagé, en tant qu’engagement de développement, à lancer un réseau d’action des femmes sur le déplacement forcé qui vise à rassembler des femmes déracinées et des décideurs.

Une fois activé, le réseau constituera une plate-forme pour les femmes déracinées, contribuant à amplifier leur voix et à renforcer leurs droits, leurs opportunités et leurs activités pour la participation économique et politique.

Que feriez-vous en tant que décideur face à une crise de réfugiés ? Faites le test et voyez….

Des dirigeants politiques de certains des plus grands pays d’accueil de réfugiés du monde ont participé au Forum, mais comment réagiriez-vous à une crise de réfugiés si vous étiez à leur place ?

Nous avons créé un test de personnalité pour répondre à cette question.

A la recherche de la meilleure réponse à la crise vénézuélienne

Après avoir fui le Venezuela, Deilys a lancé une entreprise de vente de desserts végétaliens avec l’aide du programme dénommé « modèle de graduation » en Équateur

Après avoir fui le Venezuela, Deilys a lancé une entreprise de vente de desserts végétaliens avec l’aide du programme dénommé « modèle de graduation » en Équateur. © HCR/Jaime Giménez Sánchez de la Blanca

Après avoir fui le Venezuela, Deilys a lancé une entreprise de vente de desserts végétaliens avec l’aide du programme dénommé « modèle de graduation » en Équateur.   © HCR/Jaime Giménez Sánchez de la Blanca

Les pays d’Amérique du Sud qui ont accueilli la plus grande partie des 4,8 millions de réfugiés et de migrants vénézuéliens ont aujourd’hui échangé leurs meilleures pratiques dans le cadre du Forum sur les réfugiés et ont demandé à la communauté internationale de continuer à leur apporter son soutien.

Alors que le Venezuela est toujours aux prises avec une crise sans précédent qui a été marquée par une violence et une insécurité généralisées, ainsi que par des pénuries de nourriture et de médicaments et une défaillance des services publics essentiels, les réfugiés et les migrants vénézuéliens constituent désormais l’une des plus grandes populations déplacées dans le monde.

Les Vénézuéliens vivant hors de leur pays ont peu d’espoir de rentrer chez eux à court ou moyen terme. Si les tendances actuelles se poursuivent, 6,5 millions de Vénézuéliens pourraient vivre hors de leur pays d’ici fin 2020.

La grande majorité des réfugiés et des migrants vénézuéliens ont cherché refuge dans les pays d’Amérique du Sud et des Caraïbes. La Colombie voisine accueille actuellement environ 1,6 million de Vénézuéliens, le Pérou, environ 863 000, l’Équateur, environ 385 000 et le Brésil, environ 224 000.

Ces quatre pays ont co-organisé aujourd’hui au Forum une session spéciale pour discuter des efforts visant à assurer la protection et l’assistance des réfugiés et des migrants vénézuéliens sur leur territoire et à faciliter leur intégration socio-économique. Cet événement était conçu comme une vitrine des bonnes pratiques dans la région, parmi lesquelles le programme brésilien dit d’« interiorisation », dans le cadre duquel le gouvernement et ses partenaires ont relocalisé les déplacés vénézuéliens de l’état amazonien isolé qui est leur principal porte d’entrée dans le pays vers d’autres régions du pays qui offrent de meilleures perspectives en termes d’emploi.

La rencontre – qui comprenait des présentations de ministres de chacun des quatre pays organisateurs, ainsi que de l’Union européenne et du Groupe de la Banque mondiale – a également été l’occasion d’appeler les parties prenantes à soutenir les efforts des pays hôtes en faveur des réfugiés et migrants vénézuéliens.

Eduardo Stein, Représentant spécial conjoint du HCR et de l’OIM pour les réfugiés et les migrants du Venezuela, a ouvert les discussions en donnant un aperçu du plan d’intervention régional pour l’année à venir.

« Nous espérons que la session d’aujourd’hui contribuera aux efforts plus larges visant à mobiliser un appui international sur divers fronts – États, organisations internationales, société civile, milieux universitaires et secteur privé – ainsi qu’à améliorer et maximiser l’impact de nos efforts collectifs en faveur des réfugiés et migrants vulnérables du Venezuela qui ont besoin de notre aide », a-t-il dit.

Emilio Izquierdo, Représentant permanent de l’Équateur auprès de l’Organisation des Nations Unies à Genève, a déclaré aux participants : « Ce n’est que grâce à une coopération internationale coordonnée et à une approche régionale conforme aux engagements pris dans les pactes mondiaux pour les réfugiés et les migrations que nos pays pourront relever ce défi humanitaire. »

Aider les réfugiés à trouver un travail décent

Joana Ibrahim, réfugiée et entrepreneure syrienne, s’adresse aux participants d’un dialogue de haut niveau sur les moyens d’existence au Forum mondial sur les réfugiés

Joana Ibrahim, réfugiée et entrepreneure syrienne, s’adresse aux participants d’un dialogue de haut niveau sur les moyens d’existence au Forum mondial sur les réfugiés. © HCR/Steve Forrest

Joana Ibrahim, réfugiée et entrepreneure syrienne, s’adresse aux participants d’un dialogue de haut niveau sur les moyens d’existence au Forum mondial sur les réfugiés.   © HCR/Steve Forrest

L’un des domaines prioritaires du Forum est celui des moyens d’existence, car le fait d’aider les réfugiés à acquérir de nouvelles compétences et à trouver un emploi peut avoir un effet transformateur sur leur vie et sur la prospérité des communautés qui les accueillent.

Cet après-midi, un panel de haut niveau sur l’emploi et les moyens d’existence a réuni des intervenants représentant les principales parties prenantes : l’Éthiopie en tant que principal pays hôte, les Pays-Bas en tant qu’État donateur, l’Organisation internationale du Travail (OIT) et la Société financière internationale (IFC) du Groupe de la Banque mondiale. Ils ont été rejoints par une entrepreneure réfugiée originaire de Syrie et vivant maintenant au Brésil, Joanna Ibrahim.

Le groupe d’experts a examiné les obstacles et les possibilités qui s’offrent aux réfugiés pour contribuer à l’économie de leur pays d’accueil. Une attention particulière a été accordée aux adaptations juridiques et politiques nécessaires pour créer les conditions d’une meilleure intégration et promouvoir l’accès de tous à un travail décent.

« Je pense que nous devons investir dans tous les êtres humains, en particulier les plus vulnérables que sont les réfugiés et leurs communautés d’accueil, qui elles aussi paient un lourd tribut », a déclaré Sigrid Kaag, Ministre du commerce extérieur et de la coopération au développement des Pays-Bas. « Nous devons nous concentrer sur ce que les réfugiés peuvent faire, les traiter comme des agents du changement et leur permettre définir à leur propre destin. »

Un point important à retenir est que les réfugiés apportent leurs compétences, leur potentiel et un haut niveau de résilience. Il s’agit de personnes qui ont été privées de leurs moyens d’existence en exil et qui ont besoin d’aide pour reprendre une vie normale.

Les participants sont convenus que des stratégies de développement à long terme sont nécessaires pour éviter les effets négatifs sur les marchés du travail et pour accroître la résilience et la cohésion des sociétés qui accueillent des réfugiés.

La réfugiée syrienne Joanna Ibrahim a déclaré aux participants : « En fin de compte, les réfugiés paient des impôts, consomment des produits locaux et peuvent même embaucher des nationaux – ils peuvent apporter une contribution positive à des marchés sains et fonctionnels. Cela restaure leur dignité. »

Le groupe d’experts a souligné l’importance de la collaboration entre les acteurs humanitaires et de développement, faisant valoir qu’une approche multisectorielle des déplacements forcés peut avoir des effets positifs. Un partenariat étroit avec les gouvernements et les acteurs sociaux est essentiel pour accroître les opportunités de travail décent. Parmi les autres facteurs importants pour l’amélioration des moyens d’existence figurent les investissements du secteur privé et des organisations internationales de financement du développement dans les pays d’accueil.

Les intervenants ont discuté de l’engagement pris par les Pays-Bas de verser 500 millions d’euros de 2019 à 2023 pour huit pays gravement touchés par les déplacements forcés, dont l’Ethiopie. Dans le cadre de ce programme intitulé « PROSPECTS », les Pays-Bas collaborent avec la Banque mondiale, la SFI, l’OIT, l’UNICEF et le HCR pour améliorer les perspectives des réfugiés et de leurs communautés d’accueil en se concentrant sur le lien entre éducation, protection et emploi. Ensemble, les partenaires visent à passer d’un paradigme humanitaire à une approche de développement en matière de déplacement forcé.

« Les réfugiés sont des contributeurs, non seulement ils gagnent leur vie, mais ils peuvent aussi être créateurs d’emplois », a déclaré Ergogie Tesfaye, Ministre éthiopienne du travail et des affaires sociales. « Le gouvernement éthiopien a récemment adopté une approche progressiste sur la question des réfugiés et s’efforce d’intégrer les réfugiés dans les plans de développement. »

Intégrer les soins de santé mentale dans les situations d’urgence

Rashida Begum, 23 ans, réfugiée rohingya, reçoit des conseils dans le camp de réfugiés de Kutupalong au Bangladesh

Rashida Begum, 23 ans, réfugiée rohingya, reçoit des conseils dans le camp de réfugiés de Kutupalong au Bangladesh. © HCR/Roger Arnold

Rashida Begum, 23 ans, réfugiée rohingya, reçoit des conseils dans le camp de réfugiés de Kutupalong au Bangladesh.   © HCR/Roger Arnold

Arafat Uddin, un réfugié rohingya qui a fui la violence au Myanmar en 2017, est aujourd’hui un volontaire psychosocial formé à Kutupalong, le plus grand site de réfugiés du monde, au sud-est du Bangladesh.

« Avant de travailler comme bénévole psychosocial, je ne savais pas que notre corps et notre esprit étaient liés. Il y avait beaucoup d’agitation dans mon esprit. Je ne comprenais pas pourquoi je me sentais si fatigué et je pensais tout le temps au Myanmar », a-t-il expliqué dans une vidéo projetée au Forum lors d’un débat sur la santé mentale. « Maintenant je comprends que je me sentais épuisé physiquement à cause de ma fatigue mentale. »

De nombreux réfugiés comme Arafat souffrent de fatigue mentale. La formation qu’il a reçue de l’ONG locale et partenaire du HCR Gonoshashaya Kendra l’a aidé à mieux comprendre ses propres problèmes et à diriger des ateliers sur la santé mentale pour aider d’autres réfugiés dans cette vaste ville de maisons en bambou et de toits en plastique qu’est le site de Kutupalong.

« Après avoir assisté aux ateliers, nous pouvons maintenant faire face à nos problèmes. Si nous ressentons de la colère en nous-mêmes, nous savons comment la gérer », dit-il, expliquant que les autres membres de la communauté sont maintenant plus en paix. « Si les gens se sentent encore en détresse, après les ateliers, ils savent qu’ils peuvent parler aux psychologues dans les sites », explique-t-il.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, l’OMS, une personne sur cinq qui a connu la guerre ou le conflit au cours des dix dernières années souffre de troubles mentaux. Environ cinq pour cent souffrent de troubles graves, tels que le trouble bipolaire, la psychose, des formes graves de dépression ou le syndrome de stress post-traumatique.

Quelques jours à peine avant le Forum mondial sur les réfugiés, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a adopté une importante résolution appelant à investir davantage pour répondre aux besoins psychosociaux des personnes touchées par les conflits armés, les catastrophes naturelles et autres situations d’urgence.

La nécessité de faire de la santé mentale et du soutien psychosocial une partie intégrante de l’intervention humanitaire dans les situations de crise et d’urgence dans le monde a été examinée en profondeur lors de la table ronde organisée aujourd’hui par le Gouvernement néerlandais, la Fédération des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et l’OMS.

« L’amélioration de la santé mentale des réfugiés n’est pas un luxe, mais un élément vital de la réponse de protection », a soutenu Peter Ventevogel, en charge de la santé mentale au HCR, devant le panel. « Elle contribue à renforcer la cohésion sociale au sein des communautés de réfugiés et améliore les résultats dans les domaines de la santé, des moyens d’existence et de l’éducation. »

Le HCR, l’OMS et l’OIM ont coparrainé un numéro spécial de la revue Intervention avec 28 articles sur la santé mentale des réfugiés rohingyas, dont l’histoire d’Arafat.

Rechercher l’intégration financière pour les réfugiés et les communautés d’accueil

Azeem, 27 ans, dans son magasin à Karachi, au Pakistan. Les réfugiés afghans comme Azeem ont récemment été autorisés à ouvrir des comptes bancaires

Azeem, 27 ans, dans son magasin à Karachi, au Pakistan. Les réfugiés afghans comme Azeem ont récemment été autorisés à ouvrir des comptes bancaires. © HCR/Roger Arnold

Azeem, 27 ans, dans son magasin à Karachi, au Pakistan. Les réfugiés afghans comme Azeem ont récemment été autorisés à ouvrir des comptes bancaires.  © HCR/Roger Arnold

L’accès aux prêts bancaires, au crédit, aux comptes d’épargne et aux services de paiement est essentiel si vous envisagez d’acheter une maison, de créer ou d’agrandir une entreprise, ou même simplement de faire des achats.

Mais pour les réfugiés, et trop souvent aussi pour les communautés qui les accueillent, l’accès au secteur financier formel est l’un des plus grands défis auxquels ils sont confrontés.

Aujourd’hui, lors du Forum mondial sur les réfugiés, des intervenants travaillant sur ces questions ont cherché à identifier les moyens d’inclure les réfugiés – ainsi que les membres de leurs communautés d’accueil – dans le système financier, d’une manière durable et évolutive.

« En tant qu’organisation engagée à débloquer des capitaux pour aider les communautés mal loties à prospérer, Kiva est fière de travailler avec le HCR pour fournir des services financiers aux populations déplacées dans le monde entier », a déclaré Lev Plaves, de Kiva, une plateforme de financements collectifs.

Les secteurs du développement et du privé ont un rôle unique à jouer dans l’amélioration de l’accès des réfugiés aux services financiers, en réunissant des financements publics et privés pour encourager des initiatives fondées sur les dynamiques du marché.

Les participants du Forum ont pu prendre connaissance d’exemples récents de projets d’inclusion financière mis en oeuvre dans le monde, notamment un programme de quatre ans visant à promouvoir l’accès aux services financiers et non financiers pour les réfugiés et les communautés hôtes en Ouganda.

Dans le cadre de cette initiative, soutenue par le HCR, la Fondation Grameen Credit Agricole et l’Agence suédoise de développement international, environ 100 000 réfugiés et Ougandais, dont 70 % de femmes, pourront accéder au crédit et à l’épargne.

Kiva, quant à elle, a récemment créé un fonds institutionnel d’investissement pour les réfugiés qui travaillera avec des investisseurs institutionnels pour fournir des capitaux afin d’élargir les programmes de prêts aux réfugiés à travers le monde, en combinant l’appui gouvernemental avec l’investissement privé des principales fondations et des investisseurs religieux.

En Jordanie, la banque néerlandaise de développement entrepreneurial FMO met à l’essai un dispositif de partage des risques pour les entrepreneurs syriens réfugiés dans le cadre de son programme NASIRA financé par la Commission européenne, avec une assistance technique fournie par la Commission.

« Outre le financement par l’emprunt qui doit être assuré par les investisseurs, des fonds philanthropiques sont nécessaires dans les sites de réfugiés les plus reculés pour aider les prestataires de services financiers à ouvrir leurs succursales, à créer du matériel de marketing dans la langue parlée par les réfugiés et à fournir des services non financiers aux réfugiés en cas de besoin », a déclaré Philippe Guichandut, de la Grameen Credit Agricole Foundation.

Le Fonds allemand pour l’enseignement supérieur destiné aux réfugiés trouve un nouveau partenaire au Danemark

Le ministre danois de la Coopération au développement Rasmus Prehn (à droite) rencontre le réfugié Felix Sesay (au centre), un chercheur DAFI au Ghana

Le ministre danois de la Coopération au développement Rasmus Prehn (à droite) rencontre le réfugié Felix Sesay (au centre), un chercheur DAFI au Ghana. © HCR/Antoine Tardy

Le ministre danois de la Coopération au développement Rasmus Prehn (à droite) rencontre le réfugié Felix Sesay (au centre), un chercheur DAFI au Ghana.   © HCR/Antoine Tardy

Pendant des années, des jeunes réfugiés du monde entier ont été confrontés à une dure réalité alors qu’ils luttaient pour étudier dans un nouveau pays. Seulement 3% d’entre eux environ parviennent à accéder à l’enseignement universitaire.

Depuis 1992, l’Initiative universitaire allemande Albert Einstein pour les réfugiés (DAFI) offre des bourses d’études aux réfugiés pour leur permettre d’accéder à l’enseignement supérieur. En tout, 15 500 jeunes femmes et jeunes hommes ont eu la chance d’obtenir un diplôme de premier cycle dans le cadre de ce programme.

Désormais DAFI a un nouveau partenaire : Danemark.

« Le Danemark est heureux d’annoncer une contribution de 10 millions de couronnes danoises (1,5 million de dollars) au programme DAFI afin d’aider les jeunes réfugiés à jeter les bases de l’autonomie et à devenir des membres actifs et contributifs de la société – pendant leur déplacement et à leur retour », a déclaré Rasmus Prehn, Ministre danois de la Coopération au développement.

Ce partenariat devrait permettre à un plus grand nombre de réfugiés d’accéder au programme. Dans l’ensemble, l’objectif est de faire passer le nombre de réfugiés pouvant accéder à l’enseignement supérieur de 3% à 15% d’ici 2030, selon le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.

En 2019, un nombre record de plus de 8.000 étudiants dans 54 pays ont participé au DAFI et l’année prochaine, la contribution du gouvernement allemand s’élèvera à 13,4 millions d’euros.

« Ensemble, nous soutiendrons le HCR pour garantir l’accès des réfugiés à l’enseignement universitaire dans leur pays d’asile. Nous encourageons davantage de pays à se joindre à notre initiative », a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas. La Fondation Saïd et la Fondation Asfari au Royaume-Uni soutiennent également le programme.

Le Danemark et l’Allemagne ont annoncé ce partenariat lors du Forum mondial sur les réfugiés, et le Haut Commissaire des Nations Unies, Filippo Grandi, a déclaré qu’il incarnait l’objectif de l’événement, à savoir renforcer les capacités des réfugiés.

Felix Sesay, étudiant du DAFI au Ghana et co-parrain du Forum, conclut : « Le DAFI a fondamentalement changé ma vie, je suis vraiment heureux que tant d’autres jeunes réfugiés puissent bénéficier de ce programme de bourses ! »

Lancement du Défi de l’énergie propre​

La plus grande centrale solaire jamais construite dans un camp de réfugiés fournit de l’énergie propre au camp de réfugiés de Zaatari en Jordanie

La plus grande centrale solaire jamais construite dans un camp de réfugiés fournit de l’énergie propre au camp de réfugiés de Zaatari en Jordanie. © HCR/Mohammad Hawari

La plus grande centrale solaire jamais construite dans un camp de réfugiés fournit de l’énergie propre au camp de réfugiés de Zaatari en Jordanie.   © HCR/Mohammad Hawari

La mise à disposition de ressources énergétiques pour la cuisine et l’électrification est un problème majeur auquel sont confrontés les réfugiés et les personnes déacinées à travers le monde, la plupart n’ayant qu’un accès limité ou nul à l’énergie, et encore moins à des sources propres et durables. Environ 90% des réfugiés vivant dans des camps à travers le monde n’ont actuellement aucun accès à l’énergie.

En réponse, le HCR a lancé aujourd’hui le défi de l’énergie propre, un programme ambitieux visant à améliorer l’accès des réfugiés et des communautés hôtes à l’énergie propre. Il invite les États, le secteur privé, les ONG, les acteurs du développement et les autres parties prenantes à unir leurs forces pour faire en sorte que tous les camps de réfugiés et les communautés d’accueil proches aient accès à une énergie abordable, durable et moderne d’ici 2030, conformément aux objectifs du développement durable.

En pratique, cela signifie que tous les réfugiés et les communautés d’accueil auront accès à une énergie propre pour cuisiner leurs repas et à l’électricité nécessaire à leur vie quotidienne. L’éclairage public et les espaces communs tels que les écoles, les hôpitaux, les centres communautaires et les entreprises seront alimentés par une énergie plus propre et l’approvisionnement en eau sera rendu plus efficace.

Ce Défi est l’expression tangible de la solidarité internationale en faveur des réfugiés et des communautés d’accueil, qui exigera une action audacieuse et concrète à partir de 2020. En réponse, près de 40 États et parties prenantes ont déjà présenté leurs propres engagements en matière d’énergie.

« Nous avons une occasion unique de nous unir et de faire valoir un droit humain fondamental, que tant de personnes tiennent souvent pour acquis », a déclaré la Haut Commissaire adjointe du HCR Kelly Clements.

« Il renforcera non seulement la sécurité et la protection de base des réfugiés, mais il leur permettra également d’apprendre, de créer des entreprises et d’être des membres plus productifs de leurs communautés. Ce défi – faire en sorte que les réfugiés et les hôtes généreux puissent avoir accès à une énergie propre – ne peut être relevé que si nous travaillons tous ensemble. »

Rejoindre le Défi représente l’expression d’un soutien à ses objectifs et d’une conviction commune que l’action pour le climat est une responsabilité commune. Pour en savoir plus, visitez la page web dédiée et regardez la vidéo explicative.

Participez au Défi de l’énergie propre : #HumanitarianEnergy

Quelles sont les meilleures solutions pour les réfugiés ? Demandons-leur…

Quelque 3000 délégués représentant des gouvernements, des organisations internationales, le secteur privé et la société civile, entre autres, se réunissent pour trouver de nouvelles approches et solutions à la crise mondiale du déplacement.

Mais lorsqu’il s’agit de déterminer quel soutien est le plus utile pour les réfugiés, qui de mieux à demander que les réfugiés eux-mêmes ?

C’est exactement ce que le Secrétaire général des Nations Unies António Guterres a décidé de faire, profitant de la présence de quelque 80 représentants de réfugiés au Forum pour leur demander ce que la communauté internationale devrait faire pour améliorer la vie des réfugiés.

Les réponses de Hina, Trésor et Diego étaient claires : l’éducation, l’inclusion et la possibilité de devenir autonomes et de redonner à la société.

Une savoureuse surprise des glaces Ben et Jerry’s

Les glaces Ben et Jerry’s ont surpris le Forum en lançant une nouvelle saveur, Cone Together, dans le cadre de leur travail continu en soutien aux réfugiés.

La nouvelle saveur de sensibilisation combine la gaufre au chocolat, le caramel salé et la glace à la vanille. Elle s’accompagne également d’engagements supplémentaires pour aider les réfugiés.

En tant que membres de longue date de la coalition #WithRefugees du HCR, Ben et Jerry’s ont profité du lancement pour s’engager à guider au moins 400 réfugiés par an dans leur Académie de la glace d’ici 2022 et à faire venir 250 000 personnes pour soutenir les réfugiés par des campagnes locales.

L’Académie de la glace encourage l’esprit d’entreprise des réfugiés par le biais de l’éducation commerciale, en aidant les réfugiés à lancer leur propre entreprise et en leur donnant une expérience directe de la gestion d’une entreprise grâce à leur propre stand de crème glacée. C’est ainsi que Joudy, diplômée de l’Académie, a passé sa journée lorsqu’elle participait à ce programme : https://www.youtube.com/watch?v=yOufvJzJxHc&t=15s

Pour voir toutes les mises à jour de notre Live blog : Forum mondial sur les réfugiés – Jour 1 et Jour 2

Pour de plus amples informations, veuillez consulter la page web du Forum mondial sur les réfugiés.

Publie par le HCR, le 18 décembre 2019

Pin It on Pinterest

X