Faida, qui vit au Rwanda, a soumis ce dessin, intitulé « Pluie d'amour », dans le cadre du concours artistique de solidarité des jeunes avec les refugies organisé par le HCR

Faida, qui vit au Rwanda, a soumis ce dessin, intitulé « Pluie d’amour », dans le cadre du concours artistique de solidarité des jeunes avec les refugies organisé par le HCR. © HCR

Le HCR a invité les jeunes à exprimer de façon artistique leur solidarité avec les réfugiés durant la pandémie. Nous avons reçu 2000 dessins venus de 100 pays, en avons choisi sept et leur avons donné vie.

« La réfugiée super-héroïne »

Noémie, 16 ans, France 

Noemie

« Ce concours a attiré mon attention en raison de son objectif qui est d’inspirer l’espoir et la solidarité, ainsi que pour la possibilité de sensibiliser le public tout en restant chez soi. Ma super-héroïne est une femme inspirée par une jeune réfugiée soudanaise qui marchait sous la pluie dans une de vos publications sur Instagram.

Mon dessin est destiné non seulement à rendre hommage à cette jeune femme, mais aussi à tous les réfugiés, à leurs histoires personnelles et à leur courage que j’admire. Ma super-héroïne a aussi une jambe en métal qui, au départ, était un handicap, mais qui représente aujourd’hui son plus grand atout, de la même façon que ses peurs sont maintenant des forces. »


« Combattre le virus et les stéréotypes »

Nesime, 16 ans, Grèce (originaire d’Afghanistan)

Nesime

« Il est vrai que le coronavirus fait maintenant partie de notre vie, mais nous ne devons pas avoir peur. Nous devons nous battre tous ensemble pour vaincre le coronavirus.

Je vis aujourd’hui en Grèce. Les gens ont une image de moi dans leur esprit, mais je suis ce que je suis. »


« Lueur d’espoir »

Mukah, 24 ans, Cameroun

Mukah

« L’épidémie de Covid-19 et la crise dans mon pays m’ont motivé à participer. Mon œuvre s’intitule ‘Lueur d’espoir’. Le groupe de réfugiés sur la gauche représente les personnes touchées par la guerre.

Grâce aux dons faits par les États et les particuliers qui se sentent concernés, le HCR est en mesure d’aider les réfugiés. Cela représente pour eux une lueur d’espoir pour un avenir meilleur et montre qu’ils comptent pour le monde. »


  « La protection partout »

Alfa, 25 ans, Kenya (originaire de la République démocratique du Congo)

Alfa

« Je suis un réfugié congolais qui vit au Kenya. Je voulais communiquer à travers ma peinture le fait que la solidarité est le meilleur moyen de protéger la vie de tous dans le monde contre cette pandémie, y compris les réfugiés. »


  « L’amour engendre l’amour »

Maria, 23 ans, Chypre

Maria

« La fille du dessin donne son amour au garçon réfugié. Celui-ci, à son tour, transmet l’amour à son père. Le père est médecin et fait don de son amour à un patient souffrant du coronavirus.

Enfin, la patiente, qui est maintenant en bonne santé, offre son amour à sa fille, qui est la fille qui apparaît dans le premier dessin. »


« Un monde sombre, un cœur bleu »

Mayu, 16 ans, Japon

Mayu

« Mon dessin montre deux mains se rapprochant pour protéger un garçon réfugié, inspiré par le drapeau du HCR. Il y a un ciel sombre rempli de conflits et de virus dans le fond. Mais les gens se sont unis pour former une cage qui les protège.

Le garçon a un trou dans le cœur. Mais les cœurs des gens du monde entier se rassemblent pour créer un cœur d’un bleu profond. Il y en a tellement qu’il ne peut pas les contenir. On peut aussi imaginer que le garçon renvoie cet amour. Le potentiel d’un enfant est infini. »


« Pluie d’amour »

Faida, 20 ans, Rwanda

Faida

« Les réfugiés d’un camp sont impatients de recevoir un cœur qui symbolise l’amour.

Juste pour un instant, l’amour suffit à résoudre leurs problèmes, et c’est un amour qui vient de partout – c’est pourquoi il tombe du ciel. »


Alors que les pays du monde entier prenaient le chemin du confinement lié au Covid-19, de nombreux jeunes ont pris contact avec le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, et nous ont demandé s’il y avait un moyen de les aider tout en restant chez eux. Nous avons lancé l’édition 2020 du concours artistique Les jeunes avec les réfugiés pour leur permettre d’utiliser leur créativité au service d’une bonne cause. En deux mois, nous avons reçu 2000 dessins provenant de 100 pays.​

La sélection des sept lauréats au niveau mondial – dont les dessins ont été animés par le studio japonais SPEED – a été effectuée par un jury composé de célébrités amies du HCR, de membres réfugiés de notre Conseil consultatif mondial de la jeunesse, d’artistes, d’experts en animation et de nos partenaires. Le HCR a également décerné cinq distinctions régionales, cinq prix pour des dessins animés et 20 mentions spéciales. Tous les participants ont reçu un certificat de participation.​

Publie par le HCR le 22 juillet 2020

Pin It on Pinterest

X