En France, Noémie a soumis ce dessin d’une super-héroïne inspirée par une jeune réfugiée soudanaise marchant sous la pluie dans l’une des publications du HCR sur Instagram

En France, Noémie a soumis ce dessin d’une super-héroïne inspirée par une jeune réfugiée soudanaise marchant sous la pluie dans l’une des publications du HCR sur Instagram. © HCR

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, a annoncé aujourd’hui les gagnants de son tout premier concours artistique « Les jeunes avec les réfugiés. »

Plus de 2000 participants originaires de 100 pays ont soumis des dessins ou de courtes bandes dessinées. Un participant sur quatre était lui-même réfugié ou demandeur d’asile.

Lancé en avril 2020 dans le contexte de la pandémie de Covid-19, le concours a invité les jeunes de 12 à 25 ans à réfléchir de manière créative sur ce thème : « chacun compte dans la lutte contre le virus, y compris les réfugiés. »

Les sept dessins gagnants ont été convertis en animations par le studio japonais SPEED INC. Le HCR a également décerné cinq distinctions régionales, cinq récompenses pour des dessins animés et 20 mentions spéciales. La liste des gagnants, ainsi que leurs témoignages et leurs créations, est disponible ici (en anglais).

« Alors que le monde se dirigeait vers un confinement généralisé en raison du Covid-19, des jeunes nous ont demandé comment ils pouvaient aider le HCR tout en restant chez eux », a expliqué Pauline Eluère, qui dirige l’initiative pour le HCR. « Nous avons lancé le concours pour les encourager à utiliser leur créativité au service d’une bonne cause. Et nous nous sommes dit qu’un bon moyen de donner vie à leurs messages serait d’animer certaines de leurs créations. »

Tous les gagnants recevront une boîte de crayons offerte par Caran d’Ache, le fabricant suisse de renommée mondiale de stylos, crayons et accessoires d’écriture, qui est partenaire du HCR pour le concours. « Caran d’Ache est fier de soutenir le concours artistique du HCR », a déclaré Catherine Bagnoud, responsable de la communication et du numérique au sein de l’entreprise. « Quand l’art est au service d’une cause qui nous tient à cœur, nous nous donnons pour mission d’y apporter notre soutien. »

Parallèlement à leurs dessins, les participants ont partagé leurs réflexions et de forts messages de solidarité.

« Cette quarantaine m’a appris à être plus reconnaissante pour tout ce que j’ai », a déclaré Ivanna, 16 ans, du Pérou, et gagnante régionale du concours. « Je pense que nombre d’entre nous se plaignent parce que nous sommes enfermés ou que nos amis nous manquent, mais nous ne pensons pas aux autres. Rappelons-nous que nous ne sommes pas seuls au monde et que nous devons nous soutenir les uns les autres. »

Nesime, une jeune réfugiée afghane de 16 ans et l’une des gagnantes mondiales du concours a déclaré : « Il est vrai que le coronavirus fait désormais partie de nos vies, mais nous ne devons pas avoir peur. Nous devons nous battre tous ensemble pour vaincre le coronavirus. Je vis aujourd’hui en Grèce. Les gens ont une image de moi dans leur esprit, mais je suis ce que je suis. »

Les gagnants ont été sélectionnés par un jury composé de personnalités de renom, d’artistes, d’experts en animation, de réfugiés et de partenaires du HCR. Parmi eux figuraient plusieurs ambassadeurs de bonne volonté du HCR et d’autres célèbres sympathisants de la cause des réfugiés tels que le musicien japonais MIYAVI, la pilote et réfugiée syrienne Maya Ghazal, l’acteur britannique Douglas Booth, l’actrice américaine Kat Graham et l’actrice britannique Gugu Mbatha Raw.

Le jury était également composé de Geoffrey Wexler, chef du service international du Studio Ponoc, Roland Kelts, journaliste et auteur de Japanamerica, Nina Cosford, artiste et ambassadrice de Caran d’Ache, et O’Plérou, designer ivoirien d’émojis. Plusieurs membres du Conseil consultatif mondial de la jeunesse du HCR ont également fait partie du jury, à savoir : les réfugiés Foni Joyce Vuni, du Soudan du Sud ; Arash Bordbar, d’Iran ; et Faridah Luanda, de la République démocratique du Congo ainsi qu’Ismael Gamboa-Ocampo, un déplacé interne en Colombie.

« Les dessins communiquent un message de résilience », a souligné Foni Joyce Vuni, « j’ai adoré le fait que ça ait démontré que nous (les réfugiés) avons quelque chose à apporter. Des compétences, de l’amour, du temps, du soutien. Parfois, il ne s’agit pas de grandes choses, mais simplement de l’effort que nous faisons pour prendre soin les uns des autres. »

Kat Graham a ajouté : « J’ai été inspirée par ces créations. Lorsque l’unité, la force et la compassion sont illustrées de manière aussi percutante, cela témoigne du fait que nous sommes tous engagés sur une même voie. »

Le HCR cherche à inciter les jeunes générations à être plus attentives aux personnes contraintes de fuir la violence et la persécution. Nous le faisons à travers une série d’initiatives qui encouragent les jeunes à s’informer, à être créatifs, à débattre, à se porter volontaires et à contribuer à la recherche de solutions.

Liens :

Contact médias à Genève, Pauline Eluère, eluere@unhcr.org, +41 78 964 52 30

Publie par le HCR le 22 juillet 2020

Pin It on Pinterest

X