Home » Dans le contexte de niveau sans précédent des déplacements dans le monde, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés fait appel à la solidarité internationale, salue la générosité des canadiens à l’égard des personnes réfugiéesNews »

Dans le contexte de niveau sans précédent des déplacements dans le monde, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés fait appel à la solidarité internationale, salue la générosité des canadiens à l’égard des personnes réfugiées

© UNHCR/David Azia

OTTAWA, Canada, 19 juin (UNHCR) – Dans le contexte d’un nouveau record des déplacements dans le monde, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) au Canada appelle à une solidarité internationale renouvelée dans la recherche de solutions et remercie les canadiens pour leur générosité soutenue envers les réfugiés du monde entier.

Le Rapport du HCR sur les Tendances Mondiales publié aujourd’hui montre que le nombre de personnes qui fuient la guerre, la persécution et les conflits a dépassé les 70 millions, soit le plus haut niveau depuis la Seconde Guerre Mondiale.

Bien que les déplacements à partir de la Syrie, de l’Afghanistan, du Sud-Soudan et du Myanmar représentent toujours les plus importants groupes de réfugiés, le rapport de 2019 sonne l’alarme quant à une nouvelle crise humanitaire- la situation au Vénézuela. Il s’agit présentement de la crise de déplacement de population la plus large et avec une croissance la plus rapide au monde. Selon les données obtenues des gouvernements en mesure de les produire, plus de quatre millions de vénézuéliens ont quitté le pays depuis 2015, incluant de nombreuses femmes enceintes et des mères ayant de jeunes enfants.

‘’Au cours de l’année 2018, les conflits et la persécution ont obligé un nombre record de personnes à quitter leur chez-soi’’, a déclaré  Jean Nicolas Beuze, le Représentant du HCR au Canada.  “Le HCR appelle à une solidarité internationale renouvelée alors que le niveau de déplacements est supérieur à celui des solutions et il compte sur le Canada et les canadiens pour continuer à soutenir les réfugiés comme ils l’ont fait pendant des décennies.’’ Dans toutes ces crises, la majorité des personnes déplacées sont des femmes et des enfants qui s’exposent à des risques particuliers comme la violence sexuelle et la traite humaine’’ a indiqué Beuze. ‘’ Nous remercions le Canada pour son leadership dans le soutien au HCR et aux autres premiers intervenants qui prodiguent des services répondant spécifiquement à leurs besoins.’’

Bien que la plupart des personnes déplacées retournent chez elles, il est souvent impossible de le faire immédiatement après le déplacement. Elles doivent chercher d’autres solutions pour elles et leurs familles, incluant celle de refaire leur vie dans la première communauté d’accueil qui les reçoit – moins de 0.5 pourcent d’entre elles étant réinstallées dans un pays tiers.

‘’Au moment où les besoins mondiaux s’accroissent, et où les discours haineux se multiplient, nous avons aussi besoin que le Canada continue d’accueillir les réfugiés ici en tant que solution pour sauver des vies. ‘’

La réinstallation demeure une importante mesure qui permet de sauver des vies en matière de protection des personnes réfugiés. Le rapport du HCR montre aussi qu’en 2018, le Canada a admis le plus grand nombre de réfugiés réinstallés (28,100).

La plupart était des survivants de violence et de torture, ou des réfugiés dont la vie, la liberté, la sécurité et autres droits fondamentaux étaient à risque. Plusieurs étaient des femmes et des filles en situation de vulnérabilité. Les deux-tiers des réfugiés réinstallés qui sont venus au Canada ont été parrainés par des citoyens canadiens.

‘’Il est temps de reconnaître ce que ces réfugiés apportent au Canada, culturellement et économiquement: ils contribuent à rendre notre société plus forte et plus prospère. Nous devons être fiers de l’appui que nous donnons aux réfugiés et le HCR salue la générosité des canadiens dans l’accueil de personnes qui ont fui la guerre et la persécution en leur donnant un départ solide au commencement de leur nouvelle vie. L’expérience canadienne démontre que l’accueil des réfugiés est une situation gagnante pour tous. Elle constitue incontestablement un antidote aux récits trop souvent faux et trompeurs contre les personnes déplacées, récits que nous entendons ici et ailleurs ” a déclaré Beuze.

La version intégrale du Rapport du HCR sur les Tendances Mondiales 2018 est disponible (en anglais seulement) au lien suivant: https://www.unhcr.org/global-trends-2018-media.html 

Faits en bref:

  • Le nombre de personnes qui fuient la guerre, la persécution et les conflits surpasse les 70 millions en 2018. Il s’agit du plus haut niveau jamais atteint depuis presque 70 ans;
  • En 2018, le nombre de réfugiés a atteint les 25,9 millions à travers le monde, soit 500,000 de plus qu’en 2017;
  • Le plus grand nombre de nouvelles demandes d’asile dans le monde en 2018 provenaient de ressortissants du Vénézuela (341,800);
  • En 2018, une personne réfugiée sur deux était un enfant, plusieurs étant non accompagnés (111,000). L’Ouganda a dénombré 2 800 enfants réfugiés âgés de 5 ans ou moins seuls ou séparés de leurs familles;
  • Quelque 80% de réfugiés vivent dans des pays limitrophes à leur pays d’origine et près de 4 sur 5 réfugiés sont en situation de déplacement qui a duré au moins 5 ans. Un réfugié sur 5 s’est retrouvé dans des situations de déplacement qui ont duré 20 ans ou plus.

Pour plus d’information:

En Ottawa :

À propos du HCR:

Pendant plus de 65 ans, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a protégé les droits et a veillé au bien-être des réfugiés dans le monde entier. Il s’efforce de s’assurer que chacun puisse bénéficier du droit d’asile et trouver refuge dans un autre pays, après avoir échappé à la violence, la persécution, la guerre ou les catastrophes dans son pays d’origine. Depuis 1950, le HCR a été confronté à de nombreuses crises sur plusieurs continents. Il a apporté une aide vitale aux réfugiés, aux demandeurs d’asile, aux personnes déplacées à l’interne et aux apatrides, alors que plusieurs d’entre eux n’avaient personne vers qui se tourner. Le HCR sauve des vies et aide à construire des avenirs meilleurs pour des millions de personnes qui sont forcées de quitter leur chez-soi.