Home » Regain d’attaques xénophobes en Afrique du Sud : Le HCR intensifie son aide aux réfugiés et appelle à une action urgenteNews »

Regain d’attaques xénophobes en Afrique du Sud : Le HCR intensifie son aide aux réfugiés et appelle à une action urgente

Une mère et son enfant déplacés par la violence xénophobe dans un camp de fortune se trouvent dans un commissariat de police à Johannesburg, en Afrique du Sud. Photo d’archives, juin 2008. © HCR/James Oatway

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Charlie Yaxley – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 20 septembre 2019 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, est vivement préoccupé par la violence récurrente contre les ressortissants étrangers, y compris des réfugiés et des demandeurs d’asile, en Afrique du Sud – récemment à Katlehong près de Johannesburg dans la province de Gauteng.

Au moins douze personnes, dont des ressortissants étrangers et des Sud-Africains, auraient été tuées depuis le début de ce regain de violence.

Au moins 1500 ressortissants étrangers, principalement des migrants mais aussi des réfugiés et des demandeurs d’asile, ont été contraints de fuir leur foyer.

Ces dernières semaines, notre personnel a reçu un nombre croissant d’appels sur nos lignes téléphoniques d’urgence. Des personnes ont signalé que leurs maisons et leurs entreprises avaient été pillées, que des immeubles et des biens avaient été incendiés, que les activités des gangs avaient augmenté dans la rue et que les incidents de violence sexuelle et sexiste avaient augmenté. De nombreux réfugiés ont aujourd’hui trop peur d’aller travailler ou d’exercer leur métier au quotidien, alors qu’ils n’ont pas d’autres sources de revenu.

Les réfugiés et les demandeurs d’asile se sentent particulièrement vulnérables, car leur situation est souvent aggravée par le manque de documents d’identité, ce qui les empêche d’accéder aux soins de santé, à l’éducation et à d’autres services publics.

Environ 800 personnes, originaires pour la plupart du Mozambique, du Malawi et du Zimbabwe, ont cherché refuge dans les salles communautaires de Katlehong. Beaucoup souhaitent rentrer chez elles, disant qu’elles ne se sentent plus en sécurité en Afrique du Sud. Selon certaines informations, 73 Malawiens, 138 Mozambicains, 314 Nigérians et 72 Zimbabwéens ont déjà décidé de rentrer chez eux.

Nous renforçons nos efforts d’aide et notre présence opérationnelle en Afrique du Sud pour assurer la sécurité des réfugiés, en étroite coordination avec le gouvernement sud-africain, les institutions des Nations Unies par l’intermédiaire du Groupe de travail des Nations Unies sur la protection présidé par le HCR et les ONG et partenaires de la société civile. Nous déployons du personnel et des ressources supplémentaires, y compris des articles de secours, des abris d’urgence, des soins psychosociaux, une aide juridique et un soutien pour le rétablissement des moyens de subsistance perdus. Des dialogues communautaires sont en cours d’établissement avec les communautés d’accueil pour renforcer la cohésion sociale. Des experts du HCR en matière de protection de l’enfance ainsi que de violence sexuelle et sexiste arriveront dans les prochains jours.

Le HCR appelle les autorités de l’Etat à tout mettre en œuvre pour assurer la sécurité et le bien-être de la population. Aucun effort ne doit être épargné pour réprimer la violence et faire respecter l’état de droit. Les auteurs d’actes criminels doivent répondre de leurs actes devant les tribunaux.

Le Plan d’action national de lutte contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée, récemment adopté par l’Afrique du Sud, doit maintenant être rapidement mis en œuvre et doté de ressources suffisantes pour éviter de nouveaux dommages et des destructions supplémentaires. Les hauts représentants de l’Etat ont la responsabilité de veiller à ce que leurs déclarations n’enflamment pas davantage la situation et à ce que les étrangers ne deviennent pas les boucs émissaires suite à des problèmes socio-économiques complexes.

 

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

Publie par le HCR, le 20 septembre 2019