News »

Le HCR lance une mise en garde contre l’aggravation des conditions de logement pour les réfugiés et lance une campagne mondiale

Genève, 18 mai 2016 – Une importante pénurie de fonds pour héberger les réfugiés met en péril la lutte contre la plus importante crise de déplacement à travers le monde depuis la Seconde Guerre mondiale, a averti aujourd’hui le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Lors du lancement aujourd’hui d’une nouvelle campagne globale intitulée « Aucun réfugié laissé pour compte », le HCR a déclaré que les efforts pour fournir un logement convenable aux réfugiés relevant de sa compétence sont confrontés à un déficit d’un demi-milliard de dollars. La campagne « Aucun réfugié laissé pour compte » appelle le secteur privé à verser des contributions pour fournir des solutions d’hébergement à deux millions de réfugiés. La campagne vise les particuliers, les entreprises, les fondations et les philanthropes dans le monde entier.

Le déplacement forcé, dont la plupart résulte de la guerre et des conflits, a fortement augmenté durant la dernière décennie, du fait notamment de la crise en Syrie, mais également en raison d’une hausse des nouvelles situations de déplacement ainsi que d’autres situations prolongées qui demeurent non résolues. Quelque 60 millions de personnes sont aujourd’hui déracinées, dont près de 20 millions de réfugiés qui ont été forcés de fuir au-delà des frontières de leur pays d’origine. Les autres sont des personnes déplacées au sein de leur propre pays. Le financement humanitaire ne parvient pas à suivre le rythme.

Un abri – que ce soit une tente, un abri de fortune ou une maison – est la base sur laquelle les réfugiés se reconstruisent et se remettent des effets physiques et mentaux de la violence et de la persécution. Pourtant, à travers le monde, des millions d’entre eux vivent dans des logements précaires voire dangereux, peuvent à peine payer le loyer ou mettent leur vie, leur dignité et leur avenir à risque.

« Le logement est la pierre angulaire de la survie et du rétablissement des réfugiés, et il devrait donc être considéré comme un droit humain non négociable », a déclaré Filippo Grandi, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés. « Alors que nous sommes confrontés à un niveau de déplacement sans précédent à travers le monde depuis la Seconde Guerre mondiale, aucun réfugié ne devrait être laissé pour compte. »

La campagne « Aucun réfugié laissé pour compte » vise à recueillir des fonds auprès du secteur privé afin de construire ou d’améliorer les logements de deux millions de réfugiés d’ici 2018, soit près d’un réfugié sur huit parmi 15,1 millions d’entre eux relevant de la compétence du HCR à la mi-2015. L’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA) est en charge de la population des réfugiés palestiniens.

Sans une hausse importante du financement et d’un soutien au niveau mondial, des millions de personnes fuyant la guerre et la persécution deviennent des sans-abri ou vivent dans des logements précaires dans les pays comme le Liban, le Mexique et la Tanzanie. Sans un endroit sûr pour manger, dormir, étudier, ranger ses effets personnels et avoir une vie privée, les conséquences sur leur santé et leur bien-être peuvent être profondes.

Fournir des abris à l’échelle mondiale relève d’une logistique massive. Chaque année, le HCR achète 70 000 tentes et plus de deux millions de bâches, qui symbolisent désormais la réponse aux crises d’urgence humanitaire.

Toutefois, le HCR continue de faire face à des besoins élevés en termes de logement et du fait de fonds disponibles limités, les opérations sont souvent confrontées à la difficile décision de donner la priorité des abris d’urgence pour un nombre maximum de personnes, au contraire d’un investissement dans des solutions plus durables et durables. En dehors des camps, les réfugiés comptent sur l’appui du HCR pour trouver un logement et payer le loyer dans les villes et des dizaines de pays voisins des zones de conflit.

Ces opérations devraient coûter 724 millions de dollars en 2016. Pourtant, seulement 158 millions de dollars sont actuellement disponibles. Ce déficit menace de laisser des millions d’hommes, de femmes et d’enfants sans abri adéquat et de reconstruire leur vie plus difficilement.

La campagne « Aucun réfugié laissé pour compte » appelle les donateurs privés et les entreprises à participer davantage. Le secteur privé est une source de fonds de plus en plus importante pour le HCR, contribuant à hauteur de plus de huit pour cent du financement global de l’organisation en 2015.

« Le secteur privé joue un rôle primordial en apportant son savoir-faire, de l’énergie et de l’argent pour agir dans un esprit de solidarité afin d’accueillir les réfugiés ayant fui la guerre et la persécution », a déclaré le Haut Commissaire du HCR Filippo Grandi, ajoutant que la fourniture d’un logement convenable pourrait apaiser les tensions entre les réfugiés et les communautés hôtes. « Nous devons améliorer les façons d’intégrer pacifiquement les réfugiés dans nos communautés d’accueil », a déclaré Filippo Grandi. « Un abri approprié pour chacun est essentiel pour la cohésion sociale. Des maisons robustes font de bons voisins. »

Les régions ayant besoin d’aide sont l’Afrique sub-saharienne (255 millions de dollars nécessaires, 48 millions de dollars disponibles) ainsi que le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (373 millions de dollars nécessaires, 91 millions de dollars disponibles). L’Asie requiert 59 millions de dollars, avec seulement 8 millions de dollars disponibles. L’Europe recherche également davantage d’aide (36 millions de dollars nécessaire, 10 millions de dollars disponibles) car elle fait face à un afflux continu de réfugiés.

Pour soutenir la campagne « Aucun réfugié laissé pour compte », consultez le site www.nobodyleftoutside.org

Contacts avec les médias:

A Genève, Leo Dobbs sur le mobile +41 79 883 63 47

Pour les autres bureaux, veuillez svp consulter notre réseau de porte-paroles à travers le monde :

http://www.unhcr.org/4a09806215.html