Des jeunes filles soudanaises devant l’école primaire de Nur, dans le camp de réfugiés de Doro, au Soudan du Sud, en mai 2018

Des jeunes filles soudanaises devant l’école primaire de Nur, dans le camp de réfugiés de Doro, au Soudan du Sud, en mai 2018. © HCR/Eujin Byun

Neuf ans après l’indépendance du Soudan du Sud, la plus jeune nation du monde, le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, appelle les dirigeants du pays à relancer les efforts pour instaurer une paix durable et mettre fin à la plus grande crise de déplacement en Afrique.

« Il est crucial que le Soudan du Sud continue sur la voie d’une paix durable », a déclaré Filippo Grandi, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés. « Après ces années de conflit, les Sud-Soudanais méritent de pouvoir rentrer chez eux, de vivre en sécurité dans leurs communautés et de se concentrer sur la construction d’un avenir brillant et prospère. »

Des avancées notables ont été réalisées et méritent d’être reconnues, notamment l’accord revitalisé pour la résolution du conflit signé en 2018, et la formation d’un gouvernement de transition d’unité nationale revitalisé en février 2020.

Le Soudan du Sud a également fait preuve d’un engagement louable à accueillir les personnes fuyant la guerre et la persécution, notamment pendant la pandémie de Covid-19, lorsque des centaines de réfugiés sont arrivés dans le pays en provenance du Soudan, de la République démocratique du Congo et de la République centrafricaine. La signature de la Convention de Kampala engageant le pays à faire respecter les droits et la protection des personnes déplacées à l’intérieur du pays est un autre élément positif.

Cependant, la violence croissante en 2020, en particulier dans les Etats de Jonglei et d’Equatoria central, menace de déstabiliser ces résultats durement acquis.

Des dizaines de milliers de personnes ont été nouvellement déracinées et des centaines d’autres ont perdu la vie. Les femmes et les enfants ont été particulièrement touchés. Les violences sexuelles restent très répandues, de même que les enlèvements et la destruction de biens.

Il n’a jamais été aussi urgent de mettre fin à la violence, car les effets des combats sont encore aggravés par les conséquences du Covid-19. Les restrictions de mouvement dues aux mesures de confinement entravent la capacité des organisations humanitaires à apporter de l’aide. Le HCR et ses partenaires sont sur le terrain pour fournir des kits d’urgence et des abris temporaires, tout en intensifiant l’engagement des communautés pour répondre aux effets qu’a le Covid-19 sur les populations déracinées.

Le HCR appelle toutes les parties impliquées dans la violence à mettre en œuvre d’urgence un cessez-le-feu, d’autant plus que la pandémie devrait atteindre son pic dans les mois à venir. Tous les efforts doivent être faits pour limiter la propagation du virus, tandis que le système de santé du pays, affaibli par des années de conflit, doit être soutenu pour pouvoir affronter les défis à venir.

Nous continuerons à être solidaires du peuple du Soudan du Sud et à soutenir le gouvernement dans sa réponse humanitaire et dans le renforcement de ses capacités, notamment en ce qui concerne la réponse à la pandémie.

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

Des images sont disponibles à l’adresse suivante :https://media.unhcr.org

Publie par le HCR, le 08 juillet 2020

Pin It on Pinterest

X