Home » Elles surmontent les ravages de la guerre en Afrique centraleNews »

Elles surmontent les ravages de la guerre en Afrique centrale

Des femmes debout chantent et dansent ensemble après avoir partagé un repas à Bangui, en République centrafricaine

Des femmes debout chantent et dansent ensemble après avoir partagé un repas à Bangui, en République centrafricaine. © HCR/Adrienne Surprenant

Confrontées aux nombreuses pertes causées par des années de conflit en République centrafricaine, les femmes cultivent la résilience grâce à la solidarité.

Dans une cour poussiéreuse à la périphérie de la capitale de la République centrafricaine, Bangui, un groupe de femmes discute, assises. Elles se réunissent ici chaque semaine pour faire le point les unes avec les autres et discuter de leurs problèmes et de leurs triomphes. Veuve et ancienne déplacée centrafricaine, Florence Atanguere les dirige.


« Pour nous, les femmes, cette association est la seule façon de pouvoir nous relever », dit cette mère de 51 ans, mère de six enfants.

Florence fait référence à Femme Debout, ou “ Women Standing “, un groupe composé principalement de veuves de guerre et d’orphelins qui luttent contre les effets traumatisants du conflit prolongé en République centrafricaine.

Lorsque le conflit sectaire entre les groupes armés musulmans et chrétiens s’est étendu à tout le pays en 2013, Florence a été affectée.

« Je hurlais. Ils ont pointé une arme sur moi pour me faire taire. »

Il y a six ans, son domicile a été attaqué par des hommes armés qui ont poignardé son frère à mort après qu’il ait refusé de leur donner une voiture. Ils ont également battu sa mère malvoyante, la blessant grièvement.

« Je hurlais. Ils ont pointé une arme sur moi pour me faire taire », se souvient-elle, visiblement secouée par le souvenir de ce jour fatidique de décembre.

Alors que les militants se déchaînaient, Florence a saisi ses enfants, les trois enfants de son frère et sa mère âgée et s’est enfuie vers le site de déplacés localisé à l’aéroport international de Bangui. Comme eux, la plupart des personnes déplacées sur ce site avaient été témoins d’actes effroyables de violence, notamment d’assassinats brutaux de membres de leur famille et de violences sexuelles barbares à l’égard des femmes.

Le conflit dans le pays a forcé plus d’un million de personnes à quitter leur foyer – près de 600 000 personnes sont déplacées à l’intérieur du pays et un nombre similaire a traversé la frontière pour se rendre au Cameroun, au Tchad, en République démocratique du Congo et au Congo.

Central Africa 1 fr

Florence Atangere (troisième à partir de la gauche), fondatrice de l’association ‘Standing Women’, s’adresse aux membres lors de leur réunion hebdomadaire à Bangui, en République centrafricaine. © HCR/Adrienne Surprenant

Central Africa 2 fr

Deux membres de l’association ‘Standing Women’ se tiennent la main lors des célébrations de la fête des mères à Bangui, en République centrafricaine. © HCR/Adrienne Surprenant

Central Africa 3 fr

Une membre de l’association ‘Standing Women’ coupe les cheveux d’une cliente au salon de coiffure du groupe à Bangui, en République centrafricaine. © HCR/Adrienne Surprenant

Central Africa 4 fr

Marlyse Bangabou, 28 ans, fabrique une robe dans le centre de groupe des femmes debout, où elle apprend la couture. © HCR/Adrienne Surprenant

Florence et sa famille ont finalement réussi à se rendre dans un camp où, quelques mois plus tard, sa mère âgée a succombé à ses blessures. La perte profonde, associée aux conditions sordides du camp où elle a vécu pendant les trois années suivantes, a fait que Florence avait désespérément besoin d’un solide système de soutien.

C’est au cours de ces années dans le camp qu’elle a rassemblé autour d’elle les premiers membres de ‘Standing Women’. Parmi les premières femmes à rejoindre Florence, qui est chrétienne, figure Madina Sadjo, veuve musulmane et survivante du conflit.

Séparée de force de son mari lors d’une attaque dans sa ville natale, Madina a été dévastée après avoir appris sa mort. Florence l’a aidée à faire son deuil et les deux femmes sont rapidement devenues des amies proches.

« Ce groupe m’a sauvé la vie. Grâce à elles, j’ai maintenant de l’espoir pour l’avenir. »

« Un matin, je suis allé chercher de l’eau dans le camp », se souvient cette femme âgée de 53 ans. « Je pleurais tellement que j’ai dû m’arrêter et m’asseoir sous un arbre. C’est là que Florence m’a vu. »

Avec l’aide de Florence, Madina a été capable de gérer lentement sa douleur. ‘Standing Women’ l’a également aidée en lui donnant du capital pour démarrer une entreprise de gâteaux et de café afin qu’elle puisse envoyer ses enfants à l’école.

« Ce groupe m’a sauvé la vie. Je me sentais tellement impuissante avant et j’ai dû surmonter tant de choses », ajoute-t-elle. « Grâce à elles, j’ai maintenant de l’espoir pour l’avenir. »

Soutenue par le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, à travers son agence partenaire PARET, l’association compte 175 membres, réunis dans un acte de guérison collective. Les membres acquièrent différentes compétences et apportent 600 francs centrafricains (environ 1 $US) à leur caisse commune d’investissement. Une petite somme est ajoutée à la réserve d’urgence, qui est à la disposition de tout membre ayant un besoin urgent de fonds, payable au fil du temps, sans intérêt.

Le groupe joue un rôle crucial dans un environnement où les femmes qui ont souffert le plus pendant des années de guerre sont souvent confrontées à la discrimination et au risque de violence sexuelle.

« Ici, les femmes sont considérées comme inférieures », explique Florence. « Mais peu à peu, nous nous unissons pour riposter. »

« Ces femmes sont mon sang, mes sœurs, mes mères et mes filles. Nous sommes tous centrafricaines. »

Par-dessus tout, le groupe encourage l’esprit d’entreprise et l’indépendance en aidant ses membres à développer de nouveaux moyens de subsistance. Elles possèdent une petite parcelle de terre où elles cultivent des oignons de printemps, des laitues, des tomates et d’autres légumes pour les vendre au marché local. Elles fabriquent également du savon et des produits artisanaux. Certaines d’entre elles ont des salons de coiffure ou deviennent des couturières de talent.

Pour Florence, la force et la solidarité de la fraternité qu’elle a réunie autour d’elle aujourd’hui l’ont aidée à surmonter le traumatisme de ce mois de décembre fatidique. Sans se laisser décourager par des différences ethniques ou religieuses alimentées par la guerre, son groupe continue d’accueillir aussi bien des chrétiennes que des musulmanes, tout en veillant à ce que chaque membre puisse atteindre l’autonomie, faire son deuil et guérir.

« Ces femmes sont mon sang, elles sont mes sœurs, mes mères et mes filles. Nous sommes toutes centrafricaines. Peu importe que l’on soit musulmane ou chrétienne », dit Florence.

Publie par le HCR, le 18 novembre 2019