width=

Réfugiée réinstallée au Royaume-Uni depuis l’Irak et chercheuse scientifique, Hadir est employée par la NHS en tant que volontaire au service d’oncologie à l’hôpital de Stepping Hill. Photo d’archives, janvier 2020. © HCR/Laura Padoan

Alors que de nombreux pays européens poursuivent leurs efforts de lutte contre la crise sans précédent de Covid-19, le Conseil de l’Europe et le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, encouragent aujourd’hui les États à recourir au soutien que les professionnels de santé réfugiés peuvent apporter aux systèmes de santé nationaux en cette période critique.

« Ces dernières semaines, plusieurs Etats européens ont lancé un appel public pour que les praticiens de santé réfugiés soient inclus dans les efforts nationaux de réponse face au coronavirus. Nous soutenons pleinement de telles initiatives et espérons qu’elles pourront être étendues à tout le continent et au-delà », a déclaré Filippo Grandi, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

« Les médecins et les travailleurs de santé à travers tout le continent ont réagi à la pandémie avec détermination et altruisme, et toute les ressources disponibles pour aider doivent être mises à contribution en cette période de crise. Des réfugiés disposant des compétences professionnelles avérées sont prêts à intervenir et à contribuer si on les y autorise, sous la supervision de professionnels de santé certifiés. Ils peuvent ainsi montrer leur solidarité et contribuer en retour aux communautés qui les accueillent », a déclaré Filippo Grandi.

Il y a, actuellement en Europe, des réfugiés et des demandeurs d’asile disposant des compétences et de l’expérience nécessaires et qui sont prêts à s’engager et à aider. Mais la plupart des professions de santé sont étroitement réglementées et les autorités sanitaires nationales compétentes doivent donner les autorisations nécessaires.

« Les réfugiés, leurs sociétés d’accueil et leurs pays d’origine bénéficient tous du Passeport européen des qualifications des réfugiés (EQPR). Les qualifications que les réfugiés possèdent déjà, sans pouvoir toutefois les justifier sur la base de documents, peuvent être utilisées et mises à profit », a déclaré Marija Pejčinović Burić, Secrétaire générale du Conseil de l’Europe.

« L’EQPR n’est pas un substitut pour les attestations et diplômes professionnels exigés, mais il aide bel et bien les autorités à accélérer les choses en qualifiant une partie des connaissances requises. »

L’EQPR peut aider à établir une liste de praticiens de santé réfugiés ayant été pré-évalués, ce qui permettra aux autorités sanitaires nationales de déterminer la meilleure façon de déployer ce personnel réfugié, si et quand c’est nécessaire. Le HCR s’engage avec ses partenaires à trouver des moyens novateurs pour venir en aide aux communautés de réfugiés, identifier les praticiens de santé prêts à aider et faciliter l’accès aux tests en ligne. Le Conseil de l’Europe et le HCR travaillent déjà avec des partenaires dans les centres nationaux de reconnaissance des qualifications pour identifier les professionnels de santé parmi les réfugiés et aider à évaluer leurs compétences et leurs qualifications grâce à ce programme.


A propos de l’EQPR

L’EQPR a été lancé en 2017 par le Conseil de l’Europe pour aider les États à évaluer les qualifications des réfugiés et à faciliter leur intégration. Il s’appuie sur des centres de reconnaissance de qualifications dans 10 pays (Allemagne, Arménie, Bosnie-Herzégovine, Canada, France, Grèce, Italie, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni) ainsi que sur les autorités publiques et le HCR, et reçoit le soutien financier de la Belgique (gouvernement flamand), de la Géorgie, de la Grèce, de l’Italie, de Monaco et de la Norvège. Le premier titulaire de l’EQPR a obtenu un emploi permanent dans un domaine lié à la santé en Norvège en 2019. À ce jour, plus de 500 réfugiés ont déjà bénéficié de ce programme dans toute l’Europe.


Contacts médias :

Conseil de l’Europe :

HCR :

Publie par le HCR, le 14 avril 2020

Pin It on Pinterest

X