Home » Les violences dans la région soudanaise du Darfour forcent des milliers de personnes à fuirNews »

Les violences dans la région soudanaise du Darfour forcent des milliers de personnes à fuir

Un employé du HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, s’entretient avec des Soudanaises tout juste arrivées à Adré au Tchad, en tant que réfugiées. © HCR/Aristophane Ngargoune

Des affrontements à El Geneina, dans l’État du Darfour occidental au Soudan, ont forcé plus de 11 000 personnes à fuir en tant que réfugiés vers le Tchad voisin depuis le mois dernier. Quelque 4000 d’entre elles ont fui la semaine dernière et on estime que ces violences ont également déplacé 46 000 personnes à l’intérieur du pays.

La plupart de ces personnes étaient déjà des déplacés internes au Soudan et, lorsque les attaques au Darfour occidental sont survenues à la fin décembre 2019, y compris contre des camps de déplacés, les habitants ont fui et ont trouvé un abri temporaire dans des écoles, des mosquées et d’autres infrastructures à El Geneina.

El Geneina étant situé à seulement 20 kilomètres de la frontière avec le Soudan, des milliers de réfugiés soudanais ont traversé cette frontière vers le Tchad. Selon nos prévisions, ce nombre pourrait atteindre 30 000 dans les semaines à venir en raison de la persistance des tensions. Selon les témoignages recueillis par les équipes du HCR sur le terrain, les habitants fuient après que leurs villages, leurs maisons et leurs biens aient été attaqués, dont beaucoup ont été réduits en cendres.

Au Tchad, les réfugiés sont actuellement dispersés dans plusieurs villages situés en ligne le long de la frontière sur près de 100 kilomètres, aux alentours de la ville d’Adré, dans la province du Ouaddaï qui accueille déjà 128 000 réfugiés soudanais. Les conditions sont désastreuses : la plupart des exilés vivent en plein air ou dans des abris de fortune, avec peu de protection contre les éléments. La nourriture et l’eau sont nécessaires de toute urgence, et les conditions sanitaires sont préoccupantes.

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, son homologue gouvernemental et ses partenaires humanitaires sont sur le terrain et organisent les efforts d’aide aux réfugiés pour répondre à cette situation d’urgence, en procédant à l’enregistrement des réfugiés et en fournissant une aide vitale, y compris de la nourriture, de l’eau et des articles de première nécessité. Les réfugiés ayant des besoins spécifiques, notamment les enfants non accompagnés, sont identifiés et reçoivent de l’aide.

Toutefois, le rythme des arrivées de réfugiés risque de dépasser nos capacités. Des ressources et un appui supplémentaires seront nécessaires pour renforcer nos efforts de réponse.

En collaboration avec le gouvernement tchadien, le HCR identifie actuellement un nouveau site plus éloigné de la frontière, où les réfugiés pourront être relocalisés en lieu sûr et recevoir l’assistance dont ils ont désespérément besoin.

Parallèlement, au Darfour occidental, le HCR et d’autres organisations humanitaires acheminent également des articles de secours tels que des couvertures, des matelas et des jerrycans pour aider les personnes déplacées – hommes, femmes et enfants – dans plus de trente points de rassemblement. Cette semaine, des camions transportant des articles de secours supplémentaires sont arrivés depuis des entrepôts du HCR situés dans d’autres Etats du Darfour, et encore davantage d’aide est actuellement acheminée.

Le HCR continue de rechercher le soutien de la communauté internationale envers le gouvernement soudanais de transition afin qu’il lutte contre les causes profondes du conflit au Darfour. Rétablir la sécurité sera essentiel pour consolider la paix. Cela permettra également de mettre en place des programmes d’aide au développement indispensables pour promouvoir des solutions durables, y compris le retour des personnes déplacées à l’intérieur du Soudan ainsi que celui des réfugiés, dès que les conditions y seront propices.

 

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

Publie par le HCR, le 28 janvier 2020