Des réfugiés qui ont fui les affrontements dans la région du Tigré traversent la frontière vers Hamdayet au Soudan.

Des réfugiés qui ont fui les affrontements dans la région du Tigré traversent la frontière vers Hamdayet au Soudan, le long de la rivière Tekeze. © HCR/Hazim Elhag

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Babar Baloch – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 17 novembre 2020 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, alerte sur le fait qu’une crise humanitaire à grande échelle se profile, alors que des milliers de réfugiés fuient chaque jour en quête de sécurité les affrontements continus dans la région du Tigré en Ethiopie pour rejoindre l’est du Soudan – un afflux sans précédent depuis les deux dernières décennies dans cette partie du pays.

Des femmes, des enfants et des hommes franchissent la frontière au rythme de 4000 personnes par jour depuis le 10 novembre, ce qui met rapidement à rude épreuve les capacités d’aide humanitaire sur le terrain.

Plus de 27 000 personnes ont déjà rejoint le Soudan via les points de passage frontière de Hamdayet dans l’Etat de Kassala, de Lugdi dans l’Etat de Gedaref ainsi que dans une nouvelle localité plus au sud dans le village frontalier d’Aderafi que les réfugiés éthiopiens ont commencé à franchir ce week-end.

Les réfugiés qui ont fui en hâte les combats continuent d’arriver avec très peu d’effets personnels, et ils sont épuisés après un long trajet vers la sécurité. Le HCR, avec ses partenaires, apporte son appui au gouvernement soudanais dans ses efforts de réponse, en intensifiant l’assistance humanitaire aux frontières alors que les besoins continuent de croître.

A Hamdayet, l’eau potable est acheminée par camion-citerne et des latrines sont en cours de construction. Du savon est fourni mais le HCR demeure vivement préoccupé par les conditions d’hygiène alors que le nombre d’arrivants continue de croître.

Au village 8, un centre de transit situé près du point de passage frontière de Ludgi, les réfugiés ont accès à l’eau potable dans les villages voisins et ont rejoint les 1200 abris temporaires existants.

Les agences humanitaires continuent de distribuer des articles de secours, notamment des couvertures et des nattes de couchage. Le Programme alimentaire mondial fournit des vivres et des biscuits à haute teneur en protéines. Des repas chauds sont fournis par Muslim Aid.

Le ministère soudanais de la santé, avec le soutien du Croissant-Rouge soudanais, a établi deux cliniques, mène des examens de santé et de nutrition, et assure des consultations et des orientations médicales.

Depuis samedi, le HCR relocalise des réfugiés depuis la frontière vers le site d’Um Raquba, avec 2500 personnes déjà transférées, alors que les travaux de rénovation continuent. Il faut d’urgence identifier davantage de sites, afin que les réfugiés puissent être relocalisés loin de la frontière, et accéder à l’aide et aux prestations de services.

Dans la région du Tigré en Ethiopie, l’absence d’électricité, de télécommunications et d’accès au fuel et à l’argent en espèces continue d’entraver tout effort d’aide humanitaire. Après presque deux semaines de conflit, les informations sur un nombre massif de déplacés internes augmentent chaque jour, alors que le manque d’accès aux personnes dans le besoin, couplé avec l’incapacité d’acheminer du matériel de secours dans la région, demeure les obstacles majeurs pour fournir de l’aide.

Le HCR et ses partenaires se tiennent prêts à fournir de l’assistance aux personnes déplacées dans la région du Tigré, y compris des articles de première nécessité, quand l’accès sera possible et que les conditions de sécurité le permettront.

Le conflit génère également de vives inquiétudes pour la population réfugiée érythréenne de près de 100 000 personnes qui se trouvent dans la région du Tigré, et qui dépendent de l’assistance fournie par le HCR et ses partenaires. Il est fortement possible que ces réfugiés se déplacent à nouveau à l’intérieur du pays.

Du fait de cette crise, la situation humanitaire évolue rapidement. Le HCR réitère son appel au rétablissement de la paix et exhorte toutes les parties à respecter la sûreté et la sécurité de tous les civils dans la région du Tigré.

Des images vidéo non montées et des photos peuvent être téléchargées ici : https://media.unhcr.org/Package/2CZ7A2KM3NMC

 

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

Publié par le HCR, le 17 novembre 2020.

Pin It on Pinterest