Morneau Shepell

Morneau ShepellMorneau Shepell, chef de file nord-américain des services conseils et des technologies en ressources humaines, est la plus grande société commanditaire canadienne du HCR.

Le partenariat a débuté lorsque l’entreprise a pris connaissance que les réfugiés, particulièrement les filles vivant dans les camps de réfugiés, étaient couramment privés d’accès à l’éducation. En 2010, les employés, accompagnés par Bill Morneau, qui était alors président exécutif, ont visité le camp de réfugiés Kakuma (qui compte à présent 190 000 réfugiés) au Kenya. En établissant un partenariat avec le HCR, les généreux dons de Morneau Shepell ont financé la construction d’un centre communautaire pour l’accès à l’informatique (CAI) dans le camp. Le centre offrait la formation en informatique pour favoriser l’accès à l’emploi et les possibilités de des réfugiés.

Cette initiative lancée en 2010 a amené Morneau Shepell à financer la construction et les coûts de fonctionnement de l’école secondaire pour filles Morneau Shepell dans le camp de Kakuma. Morneau Shepell a généreusement accepté de continuer à financer les coûts de fonctionnement de l’école jusqu’en 2020. L’école a ouvert ses portes en 2014 et compte maintenant 340 filles inscrites.

Sensibiliser et mobiliser son personnel sur la scolarisation et du sort des filles dans les camps de réfugiés est un élément―clé de la stratégie de collecte de fonds de Morneau Shepell. Les employés ont contribué de façon importante grâce aux événements organisés par l’entreprise et aux programmes de retenues salariales.

testimony1 *Kakuma students expressing gratitude 
testimony2
DSC_5233

Mss6

????????????????????????????????????

Mss21

????????????????????????????????????

 

IMPACT

Au camp de réfugiés Kakuma, on compte seulement cinq filles inscrites à l’école pour 10 garçons; un désavantage énorme qui empêche les filles d’améliorer leur sort et leur avenir. Panther Kuol, analyste en régimes de retraite chez Morneau Shepell et ancien réfugié affirme : « Ayant vécu dans le camp de réfugiés Kakuma pendant 13 ans, il est évident pour moi que l’éducation est prioritaire pour ceux qui désirent améliorer leur sort. Je suis reconnaissant de faire partie d’une entreprise passionnée qui contribue à la communauté internationale, particulièrement à une initiative qui me tient à cœur. »