Pour Ann Atkinson, faire un legs au HCR lui donne un sentiment de satisfaction

Témoignage

Photo: © HCR/Chris Young

Vous souhaitez faire un legs en faveur du HCR? Des donateurs des quatre coins du Canada démontrent leur compassion en choisissant de soutenir les réfugiés les plus vulnérables du monde en faisant des dons. La décision de faire un don testamentaire est riche de sens et aussi très personnelle, comme nous en parle la Torontoise Ann Atkinson, qui a choisi de faire un legs dans son testament.

Alors qu’elle n’avait que 5 ans, Ann Atkinson se souvient de la salle de cinéma où, le regard fixé sur les images granuleuses en noir et blanc, elle a regardé un film d’actualité montrant des réfugiés fuyant la Pologne et la Tchécoslovaquie pendant la Seconde guerre mondiale.

« Ce n’est que bien plus tard que j’ai compris ce que j’avais regardé, » dit-elle. Voir les interminables files de gens à la mine sombre, portant sur leur dos leurs maigres possessions, a eu sur elle un impact durable. Plusieurs dizaines d’années plus tard, elle a décidé de rejoindre les donateurs mensuels du HCR, gage de sa générosité et de son engagement.

Venant de fêter ses 80 ans, cette femme active et Torontoise de longue date a également décidé de faire un legs à l’organisation, en versant au HCR une partie de sa succession, notamment des actions et des parts sociales. Étant divorcée sans enfant, Ann n’a donc aucune obligation familiale.

Pour elle, le fait d’avoir une famille ne devrait pas non plus dissuader les donateurs de faire un don testamentaire. « Même si vous avez des enfants, ils n’ont pas forcément besoin d’hériter de tout. Je crois qu’il est préférable que les descendants ne reçoivent pas un héritage trop important. Nous avons la chance d’être nés et de vivre ici et eux aussi. »

Très sensible aux inégalités dans le monde, c’est après s’être familiarisée avec l’Afrique qu’Ann a décidé de faire des dons. Après une carrière de 35 ans dans l’informatique et désormais en retraite, elle a décidé de prendre des cours à l’Université de Toronto. Elle a ainsi décroché un deuxième baccalauréat, étudiant la littérature française et suivant des cours en théories politiques et en études africaines.

« J’ai appris beaucoup de choses sur l’Afrique », explique-t-elle. « Cela m’a permis de faire un lien avec les dons que je faisais, qui étaient principalement utilisés en République centrafricaine. » Riche de ces connaissances, elle est devenue une donatrice éclairée. Elle est capable de citer des données tirées du site du HCR sur les crises humanitaires les moins bien financées.

Selon elle, malgré la distance géographique qui nous sépare des endroits qui requièrent notre aide, nous sommes tous liés.

« J’ai pris conscience que nous habitions tous dans le même monde. Ceux qui habitent dans d’autres pays ne sont pas les « autres ». Nous faisons tous partie d’un tout. » 

Consciente d’être privilégiée, Ann prend le temps chaque matin dans sa cuisine, une tasse de café chaud à la main, de ressentir de la gratitude pour la chance qu’elle a. « Je suis reconnaissante pour ce que j’ai. » J’ai eu de la chance de naître en Amérique du Nord. Dans bien d’autres endroits du monde, il n’est pas si facile d’améliorer son sort. »

Faire un don testamentaire n’est pas aussi compliqué qu’il n’y paraît.

Ann exprime aussi sa gratitude de plusieurs autres manières. En tant que famille d’accueil de longue date pour les chiens abandonnés, elle s’occupe actuellement de son 19ème chien nommé Lady. Elle s’implique également auprès d’autres organismes de bienfaisance et finance une bourse de l’Université de Toronto sur les théories politiques radicales.

« Rien de plus simple que de faire un legs dans son testament », explique Ann. « Faire un legs de bienfaisance vous permet aussi de diminuer votre revenu imposable, et cela n’aura aucune incidence sur votre situation financière actuelle. Vous laisserez derrière vous un héritage durable qui bénéficiera à ceux qui tentent de reconstruire leur vie. »

Nous vous recommandons de vous adresser à votre conseiller financier ou à votre notaire après en avoir discuté avec vos proches. Le résultat en vaut la peine : « Vous serez fier d’avoir fait ce geste », explique Ann.

En savoir plus sur les legs

Au-delà des dons testamentaires, il existe bien d’autres manières d’apporter votre contribution. Faire don de titres de créance négociables peut être la manière la plus économique de faire un don par rapport à un don monétaire. Une fois que le HCR aura reçu le virement, il délivrera au donateur un reçu fiscal équivalent à la valeur marchande des titres. Quant aux actions et obligations, la valeur marchande de ce genre de valeurs mobilières dépend des cours de clôture lorsque l’organisation reçoit votre don. Pour en savoir plus sur les dons planifiés, veuillez nous contacter par courriel à plannedgiving@unhcr.ca, appelez le (416) 926-7969 ou visitez notre site web.

Faites un don
Aidez les réfugiés dans le besoin.

Pin It on Pinterest

X