News »

Un ancien champion syrien de lutte prêt pour un second round

Après avoir mis en place un programme de formation réussi dans un camp de réfugiés, un célèbre lutteur syrien entame une nouvelle vie au Canada.

La famille Al Karad pose pour un portrait avec leur marraine canadienne.

La famille Al Karad pose pour un portrait avec leur marraine canadienne.

Canada. Former Syrian wresting champion ready for round two

Taim est né dans le camp de réfugiés de Zaatari.

Canada. Former Syrian wresting champion ready for round two

Canada. Former Syrian wresting champion ready for round two

Mohammed est le seul entraineur de lutte arabophone de la capitale canadienne.

Mohammed Al Karad, 35 ans, a l’habitude d’être un outsider. Cela fait partie du sport : en lutte, les concurrents s’accrochent même quand la défaite semble imminente.

Mais en tant que réfugié syrien et champion national de lutte à 12 reprises, il a également l’habitude de surmonter les obstacles, même s’ils sont ligués contre lui.

Mohammed est déterminé à inculquer la même force aux élèves du club de lutte, le National Capital Wrestling Club, issu du Lycée St. Patrick à Ottawa. Seul entraineur de lutte arabophone de la capitale canadienne, son objectif est tout simplement de produire des champions du monde.

Originaire de Deraa, en Syrie, Mohammed a fait de la lutte toute sa vie.
« Cela vous apprend la discipline », dit-il. « Cela vous apprend à continuer d’avancer ».

« Cela vous apprend la discipline »

C’est sur ces compétences qu’il s’est appuyé quand la guerre s’est rapprochée de la maison de sa famille.

Il a fui avec sa femme Asmaa et ses parents vers le camp de réfugiés tentaculaire de Zaatari en Jordanie.

« Nous menions une vie normale et, soudainement, nous avons déménagé d’une maison vers une tente », raconte-t-il.

Si la structure de sa vie antérieure avait disparu, Mohammed avait toujours le sport et l’amour de sa femme, qui a donné naissance à leur premier enfant dans le camp. Mais, autour de lui, il a vu beaucoup d’autres, des plus jeunes, complètement désorientés et sans buts dans la vie.

Décidé à changer cela, Mohammed a lancé un programme de lutte. Il a commencé avec un groupe hétéroclite de trois garçons mais il a vite été contacté par Mercy Corps, une organisation humanitaire qui lui a proposé un financement s’il était en mesure d’élaborer un projet précis pour le programme. Pendant 15 jours, il a étudié des stratégies et des idées avant de leur présenter une proposition. Ils ont été conquis.

Finalement, ce projet s’est transformé en un programme de formation qui a permis d’entrainer plus de 25 000 jeunes sur une période de quatre ans.

« Nous n’avons pas utilisé de médailles pour montrer les réussites », explique Mohammed. « Nous l’avons fait pour fournir un soutien affectif et mental – pour ajouter du rêve et de l’espoir à la vie des jeunes ».

« J’ai oublié toutes les douleurs et les souffrances que nous avions endurées ».

En 2016, un groupe de huit amis d’Ottawa a entendu parler de Mohammed et de sa jeune famille qui vivaient alors depuis quatre années à Zaatari. Sous la direction de Jessie Thompson, le groupe s’est associé à une église locale et a collecté 45 000 dollars canadiens en seulement trois semaines pour parrainer la famille dans le cadre de la réinstallation.

Finalement, en un jour frisquet de novembre, Mohammed et sa famille sont arrivés à Ottawa.

« Après l’épreuve d’un long voyage, quand j’ai vu des personnes m’accueillir à l’aéroport, j’ai oublié toutes les douleurs et les souffrances que nous avions endurées », se souvient Mohammed. « Ils ont commencé à nous applaudir. J’ai vraiment ressenti un grand bonheur ».

Une fois au Canada, Mohammed s’est rapidement mis à la recherche d’un club local de lutte, utilisant le sport pour se réorienter. Aujourd’hui, il se propose toujours comme volontaire pour apporter son aide à d’autres nouveaux arrivants.

« J’ai perdu le premier round de ma vie quand j’ai dû fuir mon pays », raconte Mohammed. « Mais je suis prêt à gagner le prochain round ».