Home » Le HCR est préoccupé par le nombre croissant de victimes civiles et de déplacements à l’ouest du MyanmarNews »

Le HCR est préoccupé par le nombre croissant de victimes civiles et de déplacements à l’ouest du Myanmar

Ah Ning, 70 ans et villageoise de l’ethnie rawang, s’occupe de ses petits-enfants sous une tente au camp de barrage de Ka Bu Myitkyina, dans l’État de Kachin, au Myanmar. Ning est déplacée et vit dans la tente, fournie par le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés. © HCR/Paul Vrieze

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Andrej Mahecic – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 27 mars 2020 au Palais des Nations à Genève.

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, est préoccupé par les informations faisant état d’un nombre croissant de victimes civiles et de déplacements de population provoqués par la toute dernière escalade des affrontements dans l’ouest du Myanmar.

Selon de récentes informations de source locale, au moins 21 civils ont perdu la vie lors d’affrontements qui ont frappé leurs villages situés le long de la frontière entre les Etats de Rakhine et de Chin en début de mois. Les pertes parmi la population civile sont devenues fréquentes, et soulignent le coût humain ainsi que le lourd impact de ce conflit incessant sur les communautés locales.

Les combats entre les forces armées du Myanmar et l’armée d’Arakan se poursuivent depuis une montée des tensions à la fin 2018. Une forte tendance à la hausse des pertes civiles a été observée depuis février dernier.

Le HCR réitère ses appels à toutes les parties au conflit dans l’ouest du Myanmar pour qu’elles protègent les civils et les infrastructures civiles. Nous ajoutons notre voix à l’appel lancé cette semaine par le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, qui exhorte les parties belligérantes à travers le monde à cesser leurs combats pour soutenir la lutte mondiale contre la menace de la pandémie du coronavirus. Les civils des régions ravagées par les conflits, en particulier les personnes déplacées, sont particulièrement vulnérables dans le cadre de cette situation urgence mondiale de santé publique.

Selon les autorités du Myanmar, plus de 61 000 personnes sont nouvellement déplacées dans l’État de Rakhine en date du 16 mars, ce qui représente une augmentation de quelque 10 000 personnes par rapport au mois dernier. Elles sont hébergées dans 133 sites. Par ailleurs, 4800 autres sont déplacées dans l’État de Chin et se trouvent dans 34 sites.

Ce tout dernier afflux de déplacés vient s’ajouter aux 130 000 personnes déjà déplacées dans l’État de Rakhine, dont la plupart sont des Rohingyas déplacés depuis 2012. Le nombre de personnes affectées par le conflit devrait être sensiblement plus élevé, car les mouvements de population se poursuivent et de nouvelles arrivées sont fréquemment signalées par certains sites accueillant des déplacés.

Les familles forcées de fuir ont cherché refuge, lorsque cela était possible, dans les villages et communautés voisins. Elles trouvent abri principalement dans des bâtiments religieux, des écoles et des familles d’accueil. Dans les régions reculées, les personnes touchées par les affrontements fabriquent des abris en bambou et avec des bâches dans les rizières.

S’adressant aux équipes du HCR en visite, des familles déplacées ont fait part de leurs inquiétudes – leurs besoins essentiels sont la nourriture, les abris, l’eau, les installations sanitaires et l’hygiène. Elles sont également préoccupées par le manque d’accès aux services essentiels tels que les soins de santé et l’éducation pour leurs enfants. Les soutiens de famille ont été coupés de leurs moyens de subsistance et les familles touchées sont de plus en plus dépendantes de l’aide humanitaire.

Leur retour est entravé par les combats en cours. Les mines antipersonnel et les engins explosifs improvisés nouvellement posés posent des risques supplémentaires. Les informations récentes et fiables manquent cruellement, car une panne d’Internet touche neuf installations de l’État de Rakhine.

En réponse aux besoins urgents, le HCR et ses partenaires, ainsi que les autorités locales et les acteurs humanitaires, ont fourni une aide d’urgence et un soutien à la protection à près de 57 000 personnes déplacées ainsi qu’aux communautés d’accueil depuis avril 2019 dans les Etats de Rakhine et de Chin au sud du Myanmar. L’aide comprend du matériel pour les abris, comme des bâches, ainsi que des articles de première nécessité comme des vêtements, des lanternes à énergie solaire, des couvertures, des nattes de couchage et des kits d’ustensiles de cuisine.

Au Myanmar, plus de 312 000 personnes sont déplacées, principalement dans les États de Rakhine, Kachin et Shan au nord du pays, ainsi que dans la région du sud-est.

 

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

Publie par le HCR, le 27 mars 2020