Tetiana Baransova, lauréate régionale pour l'Europe de la distinction Nansen pour les réfugiés, assiste à l'anniversaire de son fils Pavlo au parc Natalka, à Kiev

Tetiana Baransova, lauréate régionale pour l’Europe de la distinction Nansen pour les réfugiés, assiste à l’anniversaire de son fils Pavlo au parc Natalka, à Kiev. © HCR/Anastasia Vlasovai

Tetiana Barantsova a été désignée lauréate régionale pour l’Europe de la distinction Nansen du HCR pour les réfugiés.

Alors qu’elle avait à peine 10 ans, Tetiana Baransova a fait une chute et s’est brisé la colonne vertébrale en faisant de la gymnastique à l’école.


Se déplaçant en fauteuil roulant depuis lors, elle a fermement refusé de laisser ses blessures limiter sa vie et est devenue une ardente défenseure des autres personnes handicapées dans son pays natal, l’Ukraine.

En 2002, elle a créé Ami-Skhid, une organisation non-gouvernementale dont l’objectif est d’aider les jeunes Ukrainiens, les femmes et les familles, à surmonter le handicap par des actions de plaidoyer, des services et des conseils. Cette organisation est ensuite devenue un réseau régional d’ONG. En avril, elle a également été désignée comme représentante du gouvernement pour les personnes handicapées.

« Ma mission est d’aider les autres, donc je dois faire cela », affirme Tetiana, aujourd’hui âgée de 46 ans.

Pour son travail, elle a été choisie comme lauréate régionale pour l’Europe de la distinction Nansen du HCR pour les réfugiés, une récompense annuelle prestigieuse qui rend hommage à celles et ceux qui accomplissent sans relâche un travail exceptionnel pour aider et soutenir les personnes déracinées et les apatrides.

Son leadership et son autorité naturelle tranquille ont été mis en lumière en 2014 quand le conflit a éclaté dans l’est de l’Ukraine. Les personnes handicapées vivant dans sa ville natale de Luhansk et dans la région – qui se situe de part et d’autre de la ligne de contact – étaient particulièrement vulnérables et Tetiana est donc intervenue.

Au milieu des combats, elle a réussi à fuir Luhansk par la route avec son fils Pavlo, alors âgé de huit ans, et son mari Oleksiy Soroka, également en fauteuil roulant.

Elle se souvient du bruit des sirènes et des pleurs de Pavlo qui, lors d’une attaque d’artillerie, avait refusé de se mettre à l’abri des bombardements sans ses parents qui ne pouvaient pas entrer dans la cave avec leurs fauteuils roulants.

« Ma propre histoire me permet de comprendre les personnes avec qui je travaille. »

Une fois en sécurité, elle a œuvré pour l’évacuation de nombreuses autres personnes. Elle a créé une permanence téléphonique et répondu personnellement aux appels des personnes handicapées bloquées dans la zone de conflit. Cette permanence téléphonique a aidé près de 5000 personnes à être relocalisées et à recevoir des aides en espèces, ainsi qu’un soutien juridique et psychosocial. Son leadership s’accompagne d’une forte détermination et empathie.

« Ma propre histoire me permet de comprendre les personnes avec qui je travaille », affirme Tetiana.

En février, le gouvernement ukrainien a déclaré qu’il avait enregistré plus de 1,6 million de déplacés internes affectés par le conflit. Sur ce nombre, 416 000 personnes ont un handicap bien que peu de services et d’aménagements spécifiques existent pour elles.

Kateryna Ryazantseva est l’une des personnes aidées par Tetiana. Cette femme de 40 ans a quitté Luhansk en 2014 avec sa fille qui venait de naître et un fils de 22 ans, Dmytro, souffrant d’un handicap mental.

« Tetiana est mon ange gardien. »

Elle s’est enregistrée dans la capitale et s’est battue pour trouver un appartement abordable et payer les frais de subsistance et le traitement de son fils. Tetiana l’a aidée à obtenir sa carte nationale d’identité. Elle a également convaincu les autorités municipales de fournir gratuitement des articles de toilette à Dmytro et à d’autres déplacés internes handicapés.

« Tetiana est mon ange gardien », déclare Kateryna. « C’est mon amie la plus proche à Kiev. »

ukraine2fr

Tetiana Baransova, lauréate régionale pour l’Europe de la distinction Nansen pour les réfugiés, sur la place Sophia, à Kiev. Elle montre une photo d’elle à l’âge de 10 ans, la veille d’un accident après lequel elle se déplace désormais en fauteuil roulant. © HCR/Anastasia Vlasova

ukraine3fr

Tetiana Baransova, lauréate régionale pour l’Europe de la distinction Nansen pour les réfugiés, avec son mari Oleksiy Soroka et son fils Pavlo, à la fête d’anniversaire de Pavlo au parc Natalka, à Kiev, en Ukraine. © HCR/Anastasia Vlasova

ukraine4fr

Kateryna Ryazantseva, qui est avec sa fille Anastasia, parle de son fils, Dmytro, qui souffre d’un handicap intellectuel. Elles participent à une manifestation organisée par Tetiana Baransova dans le parc Shevchenko, à Kiev. © HCR/Anastasia Vlasova

ukraine5fr

Valentyna Uvarova et son fils Nazar sont photographiés au parc Natalka, à Kiev, lors d’une fête d’anniversaire pour Pavlo Soroka, le fils de Tetiana Baransova. © HCR/Anastasia Vlasova

ukraine6fr

Valentyna Uvarova et Maryna Tolokova, qui sont déplacées internes, tiennent une bannière pour l’équipe de football Friends lors d’une fête d’anniversaire pour Pavlo Soroka, le fils de Tetiana Baransova. L’équipe lutte contre la discrimination dans le sport. © HCR/Anastasia Vlasova

Tetiana ne s’est pas arrêtée là. Elle a créé une école en ligne pour les nombreux enfants déplacés internes qui luttent pour s’adapter dans des conditions particulièrement difficiles pour les personnes handicapées.

L’école a fonctionné par Skype pendant deux ans à partir de 2014 et a dispensé des enseignements à près de 1000 enfants. De nombreux enseignants ont donné gratuitement de leur temps et Tetiana, qui est diplômée en sociologie et en art et qui effectue des recherches en troisième cycle, a donné des cours de dessin.

Valentyna – dont le fils Nazar, inscrit dans cette école, souffre d’une insuffisance rénale chronique – est devenue une compagne de voyage pour Tetiana lors de ses déplacements dans l’est de l’Ukraine pour venir en aide aux personnes handicapées vivant près de la ligne de conflit. Elle aide aussi Tetiana à assumer son nouveau rôle de représentante du gouvernement pour les personnes handicapées.

« Tetiana est un modèle pour moi », assure Valentyna, 35 ans. « Je ne comprends pas comment elle arrive à aider tout le monde et où elle trouve l’énergie de faire tout cela. »

« Nous devrions tout faire pour rendre cette vie meilleure. »

Oleksiyn, 46 ans, se joint aussi à elles dans les déplacements, en tant que chauffeur. Ils se sont rencontrés à Kiev où Tetiana travaillait comme administratrice du premier centre de réadaptation pour personnes handicapées d’Ukraine et où Oleskiy réparait les fauteuils roulants. Ils se sont mariés, ont déménagé à Louhansk et ont fondé Ami-Skhid ensemble.

Mais son activisme s’étend au-delà de cette ONG. Alors qu’elle enseignait à l’université à Louhansk, elle a convaincu l’université de rendre le campus accessible aux fauteuils roulants.

Lors d’une réunion récente du Cabinet à laquelle elle participait en tant que représentante du gouvernement pour les personnes handicapées, elle a fait valoir que les secouristes avaient besoin d’une formation spéciale pour aider les personnes handicapées en cas de catastrophes naturelles.

Tetiana affirme qu’elle ne travaille pas pour les honneurs ou la reconnaissance mais elle espère que la distinction Nansen pour les réfugiés lui offrira « plus d’opportunités d’être entendue » dans son travail quotidien de plaidoyer au nom des personnes handicapées.

« Nous devrions tout faire pour rendre cette vie meilleure, parce que la vie est très difficile comme elle est », déclare-t-elle.

La distinction Nansen du HCR pour les réfugiés doit son nom à Fridtjof Nansen, l’explorateur et humanitaire norvégien qui a occupé le premier poste de Haut Commissaire pour les réfugiés après avoir été nommé par la Société des Nations en 1921. Cette distinction vise à honorer les valeurs de persévérance et d’engagement face à l’adversité prônées par ce dernier.

Le/la lauréat(e) final(e) de la distinction sera annoncé(e) en octobre et présenté(e) par le HCR lors d’une cérémonie retransmise en direct sur Internet.

Publie par le HCR, le 21 septembre 2020

Pin It on Pinterest

X