Home » News » Plus de 100 réfugiés somaliens rentrent chez eux à Mogadiscio depuis le Kenya

Plus de 100 réfugiés somaliens rentrent chez eux à Mogadiscio depuis le Kenya

Des réfugiés somaliens vont monter à bord d'un avion pour rentrer chez eux à Mogadiscio depuis le camp de Dadaab, au Kenya.

Des réfugiés somaliens vont monter à bord d’un avion pour rentrer chez eux à Mogadiscio depuis le camp de Dadaab, au Kenya. © HCR / A. Nasrullah

MOGADISCIO, 5 août (HCR)—Plus de 100 réfugiés somaliens en provenance du Kenya sont arrivés par avion dans la capitale somalienne Mogadiscio mercredi, ouvrant un nouveau chapitre dans le processus de retour volontaire.

Tôt ce matin, deux avions transportant 116 personnes ont décollé du camp de Dadaab situé au nord-est du Kenya. Dadaab est la plus grande installation de réfugiés au monde et elle abrite environ 333 000 réfugiés somaliens.

Ces retours volontaires ont eu lieu après la décision de la Commission tripartite composée du HCR et des gouvernements du Kenya et de Somalie de renforcer le soutien en faveur du rapatriement librement consenti des réfugiés somaliens.

Réunie le 29 juillet, la Commission a convenu de renforcer l’aide destinée aux réfugiés somaliens au Kenya souhaitant rentrer dans leur pays d’origine. La Commission a mis au point une stratégie prévoyant le rapatriement librement consenti d’environ 425 000 réfugiés somaliens sur une période de cinq ans. En dehors de Dadaab, d’autres réfugiés somaliens vivent dans le camp de réfugiés de Kakuma et dans les grandes villes de tout le pays.

Malgré un contexte sécuritaire toujours difficile, les réfugiés ont commencé à rentrer en Somalie. Entre décembre 2014 et début août 2015, environ 2 969 réfugiés somaliens sont rentrés vers les districts de Luuq, Baidoa et Kismayo, avec le soutien du HCR, dans le cadre d’une phase pilote désormais terminée.

D’autres encore sont rentrés spontanément sans recevoir d’aide du HCR. En application du présent accord, une aide sera fournie aux rapatriés qui rentrent vers toute zone du Somaliland, du Puntland et du centre-sud de la Somalie.

Le soutien du HCR comprend une aide financière et en nature pour assurer un retour dans la sécurité et la dignité, ainsi qu’un soutien à plus long terme pour aider les rapatriés à se réintégrer dans les zones qu’ils ont fuies à l’époque. La majorité des retours vers la Somalie en provenance du Kenya auront lieu par la route, comme pendant la phase pilote. Le HCR ne facilitera des trajets par avion que pour les personnes ayant des besoins de protection spécifiques.

Des projets globaux de développement sont prévus pour neuf districts dans les régions du centre-sud, à savoir Mogadiscio, Afgoye, Jowhar, Balcad, WanlaWeyn, Belet Weyne, Luuq, Baidoa et Kismayo. Les projets de développement dans ces régions visent à renforcer l’accès aux opportunités d’emploi ainsi qu’aux services de santé, d’éducation et autres services publics afin d’ancrer les retours en Somalie.

Conjointement avec les deux gouvernements concernés, le HCR va renforcer ses efforts pour rallier le soutien de la communauté internationale en faveur d’interventions globales et basées sur la communauté visant à soutenir les réfugiés et leurs communautés.

Divers projets humanitaires et de développement sont en cours de conception dans l’objectif de créer une base solide pour renforcer la résilience des réfugiés et des communautés d’accueil au Kenya, préparer les réfugiés à des solutions durables et créer les conditions propices à une véritable réintégration durable en Somalie.

Ce portefeuille de projets sera présenté lors d’une conférence de promesses de dons qui se tiendra plus tard dans l’année.

La Commission tripartite a été instaurée suite à la signature, en novembre 2013, d’un accord tripartite entre le gouvernement de la République du Kenya, le gouvernement de la République fédérale de Somalie et le HCR régissant le rapatriement librement consenti des réfugiés somaliens en provenance du Kenya dans des conditions de sécurité et de dignité.

Après plus de deux décennies d’instabilité en Somalie, aggravée par les conséquences de risques naturels récurrents, des solutions urgentes sont nécessaires pour 1,1 million de Somaliens déplacés à l’intérieur de leur propre pays ainsi que plus de 900 000 réfugiés somaliens accueillis dans la région, dont la moitié au Kenya.